Petite pause

Toute la famille étant à moitié dans les travaux, à moitié dans les cartons et 100% sous l’eau, je déclare officiellement une relâche dans ma règle auto-imposée de « un post par semaine », au moins le temps de finir de nous désinstaller puis de nous réinstaller.

Mais pour faire honneur au titre de ce blog, voici deux recommandations :

Le conseil jeunesse pour enfant qui déménage

Après avoir étudié ce qui se faisait, j’ai choisi un livre plutôt simple et concret pour le Lardon de 2 ans qui est dans une phase de vouloir comprendre (à la différence d’autres albums qui racontent plutôt une histoire). Voici donc notre livre de chevet :

ledemenagement.jpg

Le déménagement, de la collection Mes P’tits Docs

J’adapte un peu le texte pour le Lardon puisqu’il est un peu jeune, mais je le trouve très chouette car il aborde pleins d’aspects du déménagement : l’annonce de la nouvelle (on peut être un peu triste, et c’est normal), on fait des cartons, on dit au revoir à ses amis et sa nounou, on visite la nouvelle maison (elle est mieux sur certains aspects, moins bien sur d’autres et c’est normal)… Et puis il y a le grand jour, le jour du « déménament »

Pour l’instant, le Lardon n’est pas intéressé par la dernière page, celle où on s’installe dans la nouvelle maison, mais nous aurons tout le temps de lui présenter dans quelques semaines (« Olala, quel bazar ! Il y a des cartons partout ! » « Et puis le temps passe, chaque chose trouve sa place, et on se fait des nouveaux amis »)

Le conseil jeunesse pour les adultes

Et puis, sans transition et parce que « pourquoi pas », voici une citation de Marie-Aude Murail dans laquelle je me suis tellement reconnue que je l’ai fait mienne directement (elle est affichée dans le menu de droite de ce blog). Dans son dernier livre, Marie-Aude Murail dit d’un personnage que :

Il lisait comme boivent les poules : en relevant souvent la tête pour laisser couler.

— Marie-Aude Murail, Sauveur & Fils

Marie-Aude Murail, c’est l’autrice de mon enfance : Oh Boy! (❤❤❤), les Nils Hazards, Le Hollandais sans peine, Émilien… Je me suis replongée dans son travail le mois passé, en lisant les quatre tomes de Sauveur & Fils, des histoires croisées de personnages autour de Sauveur Saint-Yves, un psychologue antillais, papa d’un petit Lazare. Cette citation n’a rien à voir avec le reste du bouquin mais… Quelle femme ! Quel talent ! Quel ouverture d’esprit ! Les Sauveur & Fils ne sont pas un livre sur la parentalité non. Mais ce sont des livres où, entre les lignes, MAM montre sa formidable ouverture d’esprit : on sent qu’elle aime les gens. Elle aime tous les gens, et elle a cette capacité rare de les accepter, et de les comprendre, avec leurs passions douteuses, leurs défauts et leurs maladies.

J’aimerais être comme MAM quand je serais grande : sage comme elle (et avec le même talent pour l’écriture, tant qu’à faire ?). Et puis son livre m’a fait réfléchir sur le fait d’accepter que nos enfants ne nous appartiennent pas, et ça c’est tout un programme !

Sur ce, je retourne à mes cartons ! (Lardoooooon, tu l’as mis où le rouleau de scotch ?!)

À bientôt !

Le moment du coucher

Aller au lit, ça n’a jamais été le moment préféré du Lardon. Que l’on soit au calme ou avec des invités, il aime rester le plus longtemps possible avec des adultes. Je me souviens encore de son premier nouvel an : il ne voulait pas quitter le lieu de la fête ; alors du haut de ses 9 mois, il a trinqué avec nous à minuit et nous a accompagné jusqu’à 2 heures du matin 😅.

Peu de temps après ce nouvel an, nous avons installé son lit au sol et les couchers sont devenus plus facile pour lui (et donc pour nous) ; néanmoins, un autre problème est apparu : celui de l’heure du coucher. Les enfants des autres semblent tous s’endormir entre 19h et 21h. Pourquoi diable notre Lardon s’endort beaucoup plus tard que ça ?! Nous avons essayé beaucoup de choses : décaler l’heure du coucher de 10 minutes ou de 100 minutes, supprimer la sieste, le réveiller plus tôt de la sieste… Rien n’y fait ! Son heure, c’est son heure : il s’endort systématiquement vers 22h15…

Après plus d’un an à cette sauce, on est plutôt habitué à ce rythme qui semble hors norme et aujourd’hui, je le vis avec plus de sérénité. Et même, j’apprécie particulièrement deux moments de notre routine du coucher.

Le moment « agité »

Notre routine du soir commence au salon : après le repas et le bain, il est 21h et c’est l’heure des jeux libres. Cuisine en bois, petites voitures… le Lardon vit sa vie, et s’occupe intensément à « faire des trucs » (le propre du jeu libre je crois).

cohenEt puis, certains soirs, il a besoin d’action et surtout de faire appel à sa motricité : il veut escalader, tester son équilibre, sauter… Pendant un moment, nous avons essayé de lutter contre ces jeux là. Ne dit-on pas qu’il faut avant tout favoriser « les jeux calmes » avant le coucher ? Mais après avoir laissé mariné dans ma tête le fabuleux Qui veut jouer avec moi ? de Lawrence Cohen, j’ai complètement changé d’avis et je répond : « Non pas forcément ! »

Souvenez-vous des batailles de coussins de votre enfance, et plus particulièrement du soupir post-bataille, où se mêlent fatigue et bonheur ! C’est un peu comme ça que ça se passe à la maison : quel meilleur moyen de lever les tensions accumulées dans la journée qu’avec un jeu bien agité ? Alors, quand le Lardon est demandeur, j’écoute ses envies : il se jette sur moi comme un sauvage, d’autre fois, on fait le fameux jeté/renversé, ou bien le port en mode sac à patates. Bref, on est en plein dans le concept de parentalité ludique, où le temps d’un jeu, « tout » est permis, afin de se reconnecter après une journée loin les uns des autres. Et puis, très vite et tout naturellement, le jeu (et le Lardon) s’essouffle tout seul. « Aaah, c’était chouette. » Ça y est, on peut passer à des moments plus calmes, comme les histoires.

Les jeux calmes du soir #monFilsNestPasFouVousSavez

A post shared by Chut, Maman lit ! (@chutmamanlit) on

 

Le moment de « la journée »

Si je ne dis plus non aux jeux agités, c’est aussi que je sais que le Lardon a son moment calme qui arrive bientôt. Car, depuis quelques temps, a fait son entrée fracassante dans la routine du soir, le fameux moment de « La journée ».

Au départ, je me suis mise à lui raconter la journée, quand, après l’avoir emmené dans son lit, il était encore trop plein d’énergie. Mon monologue visait à le canaliser, et l’apaiser pour l’amener tout doucement au dodo. Mais en quelques jours, c’est devenu un moment très apprécié pour lui, où l’on peut mettre l’accent sur les moments cools de la journée (comme la fois où on a vu DEUX camions de pompiers).

Les premiers soirs, c’était surtout moi qui parlait : « Ce matin, c’est Papa qui t’as réveillé. Et puiiiiis… il t’a dit coucou avec toutes les peluches. Et puiiiiis… on a fait un gros câlin. Et puiiiiis…. tu t’es préparé avec Papa pour aller chez la nounou. Et puiiiiis…. ». Mais depuis qu’il parle, il participe de plus en plus, et c’est très drôle de voir que les moments qu’il retient ne sont jamais les miens. Parfois, je suis tranquillement en train de chuchoter « Et puiiiiis, on est rentré à la maison », et le voilà qui hurle : « ai vu une bouche incendie ! Rouge ! ». Ah ouiii, la bouche d’incendie, sur le chemin du retour, comment ai-je pu ne pas la mentionner ?! Je commence aussi à avoir des bribes de ses journées en mon absence 😊 (Je sais par exemple que le fils de la nounou a une pelleteuse bleue et que, CHAQUE MIDI, le Lardon mange « des patates » 🤔)

Parfois, je parle de plus en plus doucement et il s’endort avant même que je sois au milieu de la journée 😂 D’autres fois, j’arrive jusqu’au soir et il en redemande encore : je lui raconte alors le programme du lendemain, qui on va voir, ce que l’on va faire. Et dans tous les cas, c’est une chouette habitude qui nous permet de nous coucher avec des jolies images positives en tête ❤

 

Et chez vous, quels sont les immanquables de la routine du soir ? Et vos moments préférés (à part celui où ils dorment enfin, évidemment 😇)

 

 

Unpopular opinion : je ne crois pas en l’homéopathie

Quand j’ai lu l’article My Unpopular Opinions – Mes goûts bizarres de Mango & Salt, j’ai tout de suite pensé à mon unpopular opinion, le truc qui fait que je me sens toujours un peu à l’opposé de ce que la majorité des gens (en tous cas dans mon entourage, ou des personnes que je suis…) pensent.

Voilà, donc, il faut que je vous avoue un truc. Moi, la jeune femme bobo qui mange du quinoa, moi la maman qui a allaité, porté son bébé et ne l’a jamais laissé pleuré, moi la végétarienne qui n’utilise que des produits bios et naturels sur sa peau et ses cheveux… et bien, moi, je ne crois pas en l’homéopathie.

(Ou comment se mettre à dos un français sur deux…)

Lire la suite

Les écrans sont dangereux pour les enfants, oui mais pourquoi ?

Le premier son que mon fils a entendu en arrivant dans sa nouvelle maison fut le son de la télé. Il avait 5 jours…

À l’époque, la télé tournait un peu plus qu’en général (mauvaises habitudes du congé maternité) mais l’idée que le son des publicités « polluent » ses oreilles m’horrifiait. Alors, assez vite, dès ses premiers mois de vie, j’ai arrêté de regarder la TV et forcé convaincu mon chéri de ne plus l’allumer pendant ses temps d’éveil. Effort que nous maintenons depuis maintenant 2 ans tous les jours jusqu’à 22 heures (oui, on a un couche tard) (mais qui se lève tard aussi 😁). Ceci dit notre effort a grandement été facilité suite à un cambriolage : plus de télé, plus de tentation… !

Lire la suite

De nouvelles courbes de croissance dans les carnets de santé

Cette semaine, j’avais très envie de parler d’actualité puisque demain, comme chacun le sait, c’est demain la Journée internationale des droits des femmes.

Mais sous quelle manière aborder cette journée ? L’année dernière, j’avais parlé de la place des homme dans la parentalité, un domaine encore trop souvent réservé aux femmes. Cette année, je n’ai trouvé l’inspiration qu’au dernier moment, quand j’ai appris que les prochains carnets de santé (à compter du 1er avril 2018) allaient comporter de nouvelles courbes de croissance de référence françaises. Et puis comme ça on reste dans le thème de la prise de poids de mes 3 derniers articles 😂.

Lire la suite

Bilan du premier trimestre

NON JE NE SUIS TOUJOURS PAS ENCEINTE. (Par contre, je milite pour que les parents d’un enfant de deux ans puissent parler de grossesse et de maternité sans qu’on leur demande sans arrêt « Alors, le petit deuxième ? »).

Le Lardon approche les 2 ans. Plutôt que de vous faire un portrait de qui il est (un petit garçon particulièrement incroyable, vous pouvez me croire), j’ai décidé de me replonger dans mes souvenirs ! Il y a un peu plus de deux ans, pendant presque 9 mois, j’ai gardé trace des petits moments qui m’indiquaient qu’il se passait bel et bien quelque chose dans mon corps. Alors, c’est parti pour un flashback !

Lire la suite

« J’ai peur »

Depuis quelques temps, il arrive au Lardon d’avoir peur, et il nous le dit : « J’ai peur ». Ou plutôt « jaipeurjaipeurjaipeurjaipeur ». Avec parfois une variante « jaipaspeurjaipaspeurjaipaspeur ». Variante ou pas, il est figé, terrorisé — sauf si on est à distance de ses bras, auquel cas il nous saute sur les pieds (l’important est de ne plus toucher le sol, qui abrite l’objet de ses peurs) en s’agrippant à nos jambes.

Lire la suite

DIY : Carnet de mots d’enfants

Depuis deux ans, nous fêtons Noël entre amis (et nos enfants) en organisant un Secret Santa : chaque famille en pioche une autre au hasard. Cette année, côté enfant, nous devions donc offrir un cadeau à une petite fille de 2 ans et demi.

2018_0106_16420000.jpg

Secret Santa entre amis

Forcément, l’idée numéro un était un livre (on ne se refait pas) mais je voulais rajouter un petit cadeau personnalisé, et si possible fait main. Très vite, j’ai trouvé mon idée : cette petite fille est une vraie pipelette, elle parle tout le temps et ses parents nous racontent souvent des tranches de vie très drôle. Alors, je me suis mis en tête de fabriquer un petit carnet dans lequel ils pourraient noter ses plus beaux mots d’enfants !

Lire la suite