12-18 mois : 3 idées de cadeaux pour petit budget

Internet regorge d’idées de cadeaux pour le premier anniversaire. Rien que sur mes blogs préférés, on peut en trouver ici, , et , et par ici, ou encore par . Ces idées sont parfaites : durables, esthétiques, éthiques, éducatives… Avec ça, même plus besoin d’offrir de cadeaux pour les 3 ou 4 prochains anniversaires ! Et tant mieux, car la somme de ces idées revient à la modique somme de 1224€ (oui, j’ai fait le calcul) ! Merci Internet pour l’inspiration la facture !

Du coup, pour compléter, je vous propose quelques idées de cadeaux vraiment pas chers et qui plairont à tous les coups !

Le laisser manger seul

Et pour de vrai hein ! Et du début à la fin ! Pas de « Je te remplis la cuillère » et tu la mets en bouche seul ; non non non, c’est trop facile ça ! Laissez votre progéniture tester et essayer ! Laissez la manipuler cuillère, fourchette, couteau, verre !

Oh oui, il y en aura partout, c’est vrai. Mais quel beau cadeau que de le laisser montrer toute son ingéniosité pour manger ! Et puis, très vite, il mangera de plus en plus proprement en le temps que vous soyez invitez chez la Reine, il sera tout à fait apte à manger sans en mettre partout. (Et là, d’un coup, je donnerais tout pour voir les premiers repas de Georges et Charlotte : à votre avis, Kate Middleton et le prince Charles sont plutôt DME ou diversification traditionnelle) (Pardon, je m’égare !)

Etre disponible, toute la soirée

Je vous entend déjà penser « Comme elle y va l’autre là avec ses idées pourries. Ça on le fait tous les jours ! » Vraiment ? Toute la soirée ? Sans téléphone, liseuse, télécommande, livre ? Sans cuisine, ménage, paperasse et lessive ? Moi, je ne l’ai encore jamais réussi ! Pas toute la soirée en tout cas…

Alors pourquoi ne pas commander des pizzas (qu’iel pourra manger seul !) et passer la soirée à 100% avec votre enfant, jusqu’au coucher ? Allez, juste une fois ! (Endormissement rapide garanti après ça !) (pour le parent je veux dire)

Lui offrir la paix

Qu’ils rampent, marchent ou volent, à cet âge là, la motivation première des enfants est d’explorer le monde, et de manipuler tout ce qui passe entre leurs mains. Alors si le temps d’une journée, ils pouvait expérimenter en toute tranquillité ?

2017-0514-20443600-01Oui, même monter sur la table basse (Quel beau challenge physique !) Oui, même taper sur le miroir avec le jouet en bois (Ça fait de la musique, c’est fantastique !). Oui même jouer avec le téléphone portable qu’on a laisser traîner (Oui mon ange, ce truc que j’ai dans les mains à longueur de journée est fascinant). Oui, même jouer avec les câbles du téléphones ! (Quelle famille n’en a pas 23 en rab dans les tiroirs ?) Oui, même manipuler les beaux livres ! (Faut dire qu’ils sont beaux, ça donne envie de les toucher !)

 

Alors, ça vous dit ?

Vous l’aurez-compris, ces idées sont déclinables à l’infini : et si elles ne sont pas chères, elles ont aussi le défaut de n’être pas évidente… Travailler le lâcher prise et le disponibilité, un combat de tous les jours ! Je ne désespère pas de réussir à lui offrir la deuxième idée avant ses deux ans !

(Bon, et si vraiment c’est trop dur, il reste toujours l’option des jouets hors de prix !)

Le réel et l’imaginaire 

C’est parti d’un jeu : mon fils me tendait des jouets et je les nommais. À la deuxième poule, puis la deuxième vache, je me suis rendue compte qu’ils ne se ressemblaient pas du tout et et que c’était loin d’être évident pour un enfant de savoir identifier le ou les éléments permettant d’identifier l’animal.

On pourrait croire que c’est plutôt simple : les grandes oreilles pour le lapin, les tâches noires pour la vache et le long cou pour la girafe ? Et pourtant, vous allez le voir, ce n’est pas si simple.

Lire la suite

Allaitement au travail

J’ai un peu hésité à écrire cet article, car il me relie en quelque sorte à ma vie professionnelle et puis finalement, qu’importe !

Il y a quelques semaines, j’ai participé à MiXiT, un événement connu dans le monde du web, et qui propose sur deux jours de conférence des sujets plutôt variés : cette année, ça parlait de robots, de développement continu, de javascript, de design thinking ou d’intelligence artificielle. Et puis au milieu de toutes ces conférences orientées développement ou design, il y avait une conférence au doux nom de « La mafia lactée au travail ».

Lire la suite

Les gestes qui sauvent

Les gestes

Alors que mon amie m’ouvrait la porte, je lui trouvait un air étrange : les yeux un peu rouge, et elle semblait ailleurs. Derrière elle, son chéri faisait un gros câlin à leur fils du même âge que mon Lardon, 7 mois à cette époque. Il m’expliqua « Il a failli s’étouffer à l’instant là. Il est devenu tout bleu! » Heureusement, mon amie travaillant dans le domaine médical, elle a l’habitude de gérer les urgences et connaît les gestes qui sauvent. Elle a su réagir et sauver son fils.

Lire la suite

Entre leurs mains 

J’ai admiré cette affiche dans le bureau de ma sage-femme, sans chercher à en savoir plus, pendant tout le suivi de ma grossesse. Et puis, la semaine dernière, j’ai vu que le film était projeté à l’occasion de la Journée des Doulas dans ma ville, alors je n’ai pas hésité longtemps. Lire la suite

Perdre sa dignité pour retrouver son enfant

En voilà un titre étrange ! Il m’est inspiré de ma lecture en cours : Qui veut jouer avec moi ?, Lawrence J Cohen. Dans ce livre, le psychologue Cohen explique comment utiliser le jeu pour mieux communiquer avec nos enfants.

Les bienfaits du jeu

cohenEn effet, et on l’a déjà tous remarqué en jouant avec nos enfants, le jeu est un formidable outil qui va bien au delà du rire. Il permet d’offrir à l’enfant un cadre sécurisé dans lequel il va pouvoir évacuer ses tensions, construire sa confiance en soi et développer son assurance, créer des liens d’attachement, jouer de nouveaux rôles (le perdant ou le gagnant) et bien d’autres !

Tout au long de son livre, le docteur Cohen donne des exemples de «jeux» qui appuient ses propos. Ce que j’aime dans les jeux dont il parle, c’est que leurs règles sont découvertes et inventées au fur et à mesure : le jeu est initié par l’un ou par l’autre. L’adulte doit ensuite être un fin observateur pour détecter l’envie de l’enfant qui lui transmet une multitude de signe indiquant ses attentes. L’enfant veut-il gagner ou perdre ? Lutter contre un adversaire coriace ou s’en prendre à un adversaire facile ? Aucun n’est plus légitime que l’autre : ces envies de l’enfant correspondent en fait à un besoin (il a besoin de gagner pour développer son assurance par exemple). Laisser nos enfants gagner ne fera pas d’eux des êtres faibles incapables d’affronter la dureté de la «vie réelle» ; au contraire, ils auront d’autant plus la force mentale à gérer les cas difficiles qu’ils rencontreront dans la vie si ils ont pu construire une assurance force par le biais du jeu ! L’important dans ce genre de jeu, c’est de suivre les indices qu’ils sèment pour proposer un jeu de la difficulté dont ils ont besoin à l’instant T.

Lire la suite

Un lundi matin

Chronologie d’un lundi matin, il y a quelques semaines. Petit Lardon a 11 mois.


«Bababbabaaaa »

Un monologue retenti dans la nuit.

Je prends quelques instants pour rassembler mes esprits, je réfléchis et j’en arrive à l’horrible conclusion que et meeeeerde, c’est ma nuit. J’ouvre un œil et je regarde mon réveil : 6:12.

«Bababbabaaaa »

Je réfléchis à nouveau : oui, la nuit passée, je ne me suis pas levée, donc cette nuit là, c’est bien mon tour. Bien bien, allons donc voir ça.

Lire la suite