Un lundi matin

Chronologie d’un lundi matin, il y a quelques semaines. Petit Lardon a 11 mois.


«Bababbabaaaa »

Un monologue retenti dans la nuit.

Je prends quelques instants pour rassembler mes esprits, je réfléchis et j’en arrive à l’horrible conclusion que et meeeeerde, c’est ma nuit. J’ouvre un œil et je regarde mon réveil : 6:12.

«Bababbabaaaa »

Je réfléchis à nouveau : oui, la nuit passée, je ne me suis pas levée, donc cette nuit là, c’est bien mon tour. Bien bien, allons donc voir ça.


6h13 : Je sors pleine d’espoir du cocon douillet de ma couette : je suis sûre que ramener notre lardon au chaud entre nous le rendormira aussi sec. J’entre dans sa chambre et je lui chuchote doucement « Coucou mon petit ange, tu viens te recoucher avec nous encore une heure ? » . Je le prends dans mes bras, et le ramène à notre chambre en embrassant délicatement son crâne tout chaud.

6h14 : Je le pose délicatement dans notre lit

« Bwaaaaaaaaaaaaaaaaouiiiin WOAAAAAAAAAAIIINNNNN BWAAAAAAOUIIIIIN »

6h15 : Bon, le Lardon n’est clairement pas intéressé par l’idée de redormir un peu. Il s’arrête de pleurer pour gazouiller dès que je le reprends dans mes bras. Voyons le bon côté des choses : pour une fois, je ne serai pas à la bourre pour l’emmener chez la nounou ce matin !

6h16 : Soyons efficace, c’est l’occasion de le changer AVANT que sa couche de nuit déborde.

6h17 : Aaaaah, Lardon, reviens par là, j’ai pas fini de te rhabiller !

6h18 : Après une course poursuite digne d’un film hollywoodien, j’ai réussi à fermer son body !

6h20 : S’en suit un combat de catch plutôt serré mais j’ai réussi ! Il a une chaussette !

6h22 : Je sue maintenant à grosses gouttes, mais j’ai réussi à lui mettre la deuxième chaussette !!

6h23 : Pour m’auto-récompenser de cette bataille, je m’offre le droit de lui mettre son pantalon et son haut plus tard.

6h24 : J’espère que nos bruits de lutte n’ont pas trop réveillé l’amoureux qui a la chance de pouvoir finir sa nuit.

6h25 : « On reste calmement jouer dans ta chambre, ça te va mon cœur ? »

« Ouiiiiiinnn Bwoooaaaaaaaa” »

6h28 : « Non ? Bon, on va aller dans le salon alors. »

« Bwaaaaaaaaaaaaaaaa BWAAAAAAoiiiin »

6h32 : « Okay, tu veux juste être dans mes bras en fait, j’ai compris, d’accord mon ange.»

6h34 : J’entends du mouvement dans la pièce d’à côté. J’en déduit que l’amoureux a abandonné l’idée de dormir. Une partie de moi est désolée pour lui, l’autre pousse un grand soupir de soulagement : « Tu vas faire un câlin à ton papa ? »

6h35 : Pendant que le Lardon valide mon idée en se jetant dans les bras de son père, je m’esquive. Je vais faire pipi. Seule. Tranquille. (Habituellement, je suis accompagnée) Quel bonheur !!

6h38 : Le Lardon est toujours dans de bonnes mains, j’en profite pour me doucher. Seule. Tranquille. (Habituellement, je suis accompagnée) Quel bonheur !!

6h50 : C’est au tour de l’amoureux de se doucher. Il est accompagné du Lardon et je l’entends jouer joyeusement sous les tiroirs de la salle de bain (son jeu préféré du moment) (au Lardon, pas à l’amoureux).

20161026_101245.jpg

Saurez vous différentier un Lardon en pyjama d’un tas d’habits sales ?

6h51 : Aaaaah, que c’est bien d’avoir du temps à soi ! Je vais pouvoir petit-déjeuner (ranger la cuisine) tranquillement !

7h00 : L’amoureux a fini de se doucher, et ouvre la porte pour aérer la salle de bain. Un bébé, dont les bras sont sortis du body, s’en échappe prestement !

7h01 : « Ah oui, il a voulu jouer avec l’eau, il est trempé. J’ai essayé de lui enlever son body mais j’ai pas eu le temps. »

7h02 : Le Lardon, complètement débraillé et les cheveux en pétard, joue calmement sur le carrelage du couloir.

7h03 : Je me saisis du Lardon, et cette fois-ci, je m’applique pour ne pas revivre la même bataille que tout à l’heure : je lui parle et lui explique ce qu’il va se passer. « Mon bébé, je vais te poser pour pouvoir changer ton body qui est tout mouillé. Je vais t’en remettre un sec, tu seras tout bien après. Tiens, tu choisis ta tenue propre ? » Et oui, voyez-vous, le secret c’est d’impliquer son enfant et de lui apprendre à participer aux soins. Ainsi, il se sent intégré dans la vie de famille, il gagne en autonomie et le change devient un réel moment de plaisir.

7h06 : Aaaaaaah putaaaaaaain ! « Lardooooooon, reviens, t’as qu’une manche !»

7h25 : Bébé habillé : body, pantalon, pull, chaussettes (2), chaussons (2). Franchement, j’ai géré comme une chef !

7h26 : Olala, c’est fou, d’habitude, c’est l’heure à laquelle je me réveille ! Et là, il est déjà habillé, moi je suis déjà douchée, habillée, nourrie, c’est génial ! Il n’y a plus qu’à attendre gentiment que ce soit l’heure de partir le déposer chez la nounou.

7h26 : Tiens du coup, c’est ma daronite aigüe qui va être contente : je vais pouvoir ranger un peu la salle de bain et la chambre.

7h40 : Fait ! Quelle efficacité !

7h41 : J’ai même le temps de me maquiller !

7h42 : Allez, on commence par le teint.

7h47 : L’amoureux part au travail : « Bonne journée mon bébé ! Bonne journée ma chérie » Ooooooh, le Lardon agite la main pour dire au revoir à son papa, c’est si chou

7h48 : Qu’il est chou ce bébé, à jouer et à s’occuper seul ! C’est vraiment pratique !

2017_0125_09293200.jpg

Un enfant qui s’occupe calmement est très probablement en train de déménager sa chambre

* Bam, boum, cling, dang *

7h49 : « BwaaaAAAAAAAaaaaaaaa »

7h50 : « Ooooh, mon ange, tu es tombé ! Tu as du de faire mal mon pauvre cœur ! Viens dans mes bras, on fait un câlin. Voiiiiiiilàaaa, je sens que tu va mieux. Je te repose et je te laisse jouer seul, d’accord ? »

7h50 : Où j’en étais déjà ? Ah oui, le teint c’est fait. Les yeux maintenant.

7h52 : « Gnnnnnnnnn »

7h53 : Je jette un coup d’œil au Lardon : le visage rouge, le regard concentré, on ne m’y trompera pas : « Tiens, toi tu fais caca ! Bon, je te changerai après. »

7h54 : Oh dis donc, je vais même tenter de mettre de l’eye liner aujourd’hui !

7h55 : Youhouuuu, mon premier œil est parfait !

7h56 : Allez, il est temps de faire ce deuxième œil, il est parfa… et meeeeerde : « Bah mon cœur, pourquoi tu essaies de me grimper dessus ? Tu veux pas grimper sur cet étendoir à linge bancal et retomber plutôt non ? Non ? »

7h57 : « Bon bon, oui, tu grognes, allez viens dans mes bras. Oh mais dis donc, ça sent le caca, j’avais oublié ! Viens, on va dans ta chambre te changer ! »

7h58 : « Quoi, tu veux ce pot de (fausses) fleurs sur ton armoire ? Bon, okay, ça t’occupera les mains pendant que je te change. »

7h59 : « Ah bah tu vois, ça va vite si tu cherches pas à t’enfuir partout »

8h00 : « Oh ! Tiens, c’est quoi ce truc doré sur ta couche ? » Oh putain ! La punaise ! LA punaise ! LA punaise ! Celle qui était tombée du mur à l’époque où, enceinte jusqu’au ventre, je faisais la déco de sa chambre. Je l’ai cherchée partout pendant des mois !! Cela fait donc un an qu’elle était tombée au milieu de ces putains de fausses fleurs Ikea ?!

8h01 : (Merci l’univers d’avoir fait réapparaître par magie la punaise pas dans sa bouche ni plantée dans sa peau, MERCI !)

8h02 : « Hop, maintenant on remet le pantaLOON GNNNNN, non mon Lardon, pas une 3ème fois, reste avec moi ! Tiens, prends le pot ? Tu veux jouer avec le pot ? Il est bien le pot hein ? Ooooh qu’il est beau le pot ! Lardon GNNNN, reste là ! Lardon, arrête de te retourner !! »

8h11 : Bon, voilà, il est habillé, je suis habillée, son sac est prêt, on peut partir dans 5 minutes OUF J’AI SURVÉCU.

8h18 : Allez, en route pour chez la nounou !

8h22 : Zzzzzzzzz. Petite main posée sur mon sein, joue écrasé contre mon torse : pas de doute, cet enfant s’est endormi en porte bébé à peine on a tourné au coin de la rue. Ben voyons. Il ne s’était pas endormi en un temps aussi record depuis ses 2 mois je crois !

11h22 : Je suis au travail, et je discute business et autres technicités très professionnelles avec un collègue.

11h23 : À peine notre conversation finie, je reçois un message privé dudit collègue : Y a un truc qui me perturbe quand jte parle. C’est comme quand tu parles à qqun qui a une feuille de salade sur la dent. T’es très bien maquillée, ça te va bien, vraiment. Sauf que t’as une grosse tache sur la tempe 😀

11h24 : Une grosse tache sur la tempe ? Mon cerveau se remémore la matinée, déjà longue pour moi. Ah oui tiens, l’escalade du Lardon pendant mon trait d’eye-liner.

11h25 : Mon cerveau se remémore la matinée à la recherche du moment où je me suis regardé dans la glace suite à cette agression lardonesque : ah oui, facile, jamais !

Bref, un lundi matin (presque) comme les autres.

13 réflexions sur “Un lundi matin

  1. noelie dit :

    Trop fort!! au boulot ça m’est arrivé aussi. Mon collèque me dit: « ton fils t’as laissé un cadeau ce matin… » en regardant mon chemisier bleu foncé, j’avais de la morve séchée sur l’épaule…

    J'aime

Qu'est-ce que tu en penses ?

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s