Le lit au sol, retour d’expérience 

Après pas loin de 6 mois de lit au sol, il était temps de rédiger un petit compte rendu !

Au tout début du blog, je me posais la question de troquer le lit à barreaux du lardon pour un lit au sol. Deux semaines après cet article, on passait un merveilleux samedi dans les bouchons des zones industrielles pour acheter le nécessaire et le soir même, on s’y l’y mettait.

Fabrication artisanale

20170108_193632

Deux matelas 60x120cm pour un bébé de 64cm, ça le fait non ?

On a simplement dévissé un côté de son lit à barreau et on a racheté un matelas 60x120cm. A gauche, un matelas en bambou bio qui coûte 3 SMICs, à droite un matelas premier prix trouvé chez But : devinez de quel côté il préfère dormir, cet enfant ingrat ?

Pour l’isolation, on a acheté des dalles de caillebotis en bois chez Conforama, posé sur un isolant trouvé au rayon garage (plus DIY que ça, tu meurs).

Pour la sécurité, en plus des barreaux de son ancien lit, le petit tapis que ma grand-mère lui a cousu sert d’extension de lit si jamais il gigote trop.

Six mois plus tard, on a pas changé grand chose à l’installation du premier soir, à part un peu de confort : un plaid pour le parent qui vient parfois s’allonger à côté du Lardon dans la nuit et plus de coussins et de doudous dans le lit car il n’y en a jamais trop selon le Lardon !

DSCF6533.JPG

L’autonomie nouvelle

On ne va pas se mentir, les premiers couchers ont été difficile mais… comme chaque soir/sieste il y a 6 mois. Et puis progressivement, il s’est vraiment approprié de sa nouvelle autonomie.

Il a appris à aller au lit seul. Au début, aller au lit seul, c’était simplement passer de «jouer dans sa chambre» à «venir lire une histoire calmement avec moi dans le lit». Et puis, au fur et à mesure qu’il grandit, ça devient «Mon cœur, tu es fatigué, on va se coucher ?» suivit de Tap, tap, tap, tap (ce sont le bruit que ses paumes font quand il marche à quatre pattes dans le couloir) : il va droit vers sa chambre, choisit un livre et vient se lover dans son lit, contre les coussins. La fondance et la fierté, je vous dis pas !

Par contre, je vous arrête tout de suite : ce n’est pas parce qu’il vient s’allonger sur son matelas en disant Dodo (de la plus mignonne petite voix qui soit) (c’est son deuxième mot j’en suis encore émue !) que le coucher va être rapide non ! Mais on en reparle un peu plus loin…

Il a appris à sortir du lit seul. Les premières fois il nous appelait en pleurant comme avant. Et puis, il a finit par comprendre qu’il pouvait sortir du lit seul, même à 4h du matin. Alors chaque jour, il a commencé à aller un peu plus loin. La nuit, il a vite compris où était notre chambre, et comment nous rejoindre. Il a commencé à nous rejoindre jusqu’au pas de notre porte, puis jusqu’au lit, et parfois même il se hisse. Aujourd’hui, si il veut finir la nuit avec nous, même pas besoin de se lever : il vient se mettre debout à côté de notre lit, il n’y a qu’à l’attraper, le caler entre nous deux, et hop, on peut se rendormir tous les trois.

Et pour les siestes, c’est le même principe : quand il a fini de dormir, il nous rejoint ! Je crois que je n’arriverais jamais à expliquer à quel point je trouve ça magique de le voir nous arriver dans le salon, encore emballé dans sa gigoteuse, les cheveux en pétard et la bouille toute endormie.

L’adaptation facile

Un autre avantage du lit au sol, c’est que c’est extrêmement facile à reproduire ! On a besoin que d’un petit matelas (sinon, une couverture pliée fait l’affaire) que l’on essaye de poser à côté d’un tapis/couverture et voila !

20170305_130031

Chez mes parents, le Lardon préfère faire la sieste sur la couverture de «rattrapage» plutôt que sur le matelas

Par contre, il faut absolument lui laisser le temps de découvrir et d’explorer ce nouvel endroit où on lui demande de dormir, avant d’espérer qu’il s’installe calmement sur le matelas. Et ça, j’avoue, parfois, on a tendance à l’oublier !

La question sécurité

Jusque là il n’a jamais fait de «bêtises» : quand il se réveille il n’a une mission, nous retrouver ! Et, on est de toute façon pas vraiment inquiets car l’agencement de notre appartement joue en notre faveur : pour sortir de sa chambre et aller dans les autres pièces de la maison, il passe devant la notre. Jusque là, la nuit, on l’a toujours entendu passer (le quatre pattes, c’est pas super discret) et repêché les quelques fois où il fonçait vers le salon.

Par contre, ça peut effectivement être contraignant dans les maisons à étages… Dans ces cas là, je préférerais je crois fermer la porte et mettre un babyphone.

L’extinction des feux

Que ce soit pour la sieste ou pour la nuit, une fois dans sa gigoteuse, il tourne d’abord dans tous les sens pendant un bon moment avant de trouver sa position (mais bon, après 10 ans de vie commune avec son père, je ne suis pas franchement étonnée, la version adulte n’est pas mieux :p). Et après ça, à 14 mois, il a toujours besoin d’une présence à côté de lui, jusqu’à ce qu’il s’endorme. C’est une des raisons pour lesquelles j’apprécie énormément le lit au sol : je peux simplement m’allonger à ses côtés et c’est nettement plus simple que de le poser au fond de son lit à barreau (ce qui le faisait systématiquement hurler) et de tenter de l’apaiser à travers les barreaux.

J’avoue que quand j’ai eu une longue journée et que je n’aspire qu’à m’affaler dans le canapé pour mater une série tranquillou tout en répondant aux commentaires de mon blog, ces 30 minutes allongée dans le noir me paraissent interminable (surtout si je me mets à penser aux autres, ceux qui semblent coucher leurs enfants en 5 minutes sans problème)… Mais en prenant du recul et en me mettant à sa place, quoi de plus normal que d’aimer s’endormir à côté d’un de nous ? Et puis, c’est pas donné à tous les parents d’avoir l’opportunité d’admirer les traits (magnifiques) de sa progéniture dans la pénombre !

Une famille conquise

Alors au final, même si les couchers sont encore un peu long (pour nous), pour rien au monde on ne reviendrait en arrière, et surtout pas le Lardon : si il réclame encore parfois du cododo, c’est maintenant dans son lit, et plus dans le notre !

 

 

Et vous, vous avez testé le lit au sol ? Comment ça a changé votre vie ? 

19 réflexions sur “Le lit au sol, retour d’expérience 

  1. Claire dit :

    Super cette astuce des caillebotis, j’en avais pas encore entendu parlé!
    Bon, si ça peut te rassurer (ou pas) ma fille met entre 15 et 30 min pour s’endormir.
    Elle est sur un matelas de 90×190, il y a une couette non pas pour ma fille mais pour moi 😉 Du coup j’en profite pour faire des micro sieste pour me requinquer 🙂

    Aimé par 1 personne

  2. Picou dit :

    J’avoue ne pas être trop fan de l’idée (ça te surprend ;o)?) mais je trouve au final ton retour d’expérience très intéressant, car je ne me faisais pas vraiment cette idée là. En fait je crois que ce qui ne m’attire pas dans l’idée, c’est plutôt pour l’enfant plus grand, qui rechigne plus à aller se coucher le soir…Mais c’est vrai qu’à la façon dont tu le décris, le fait qu’il aille seul rejoindre son lit quand il en sent le besoin, et qu’il se lève tranquillement sans avoir à crier qu’on vienne le chercher, je comprends mieux l’intérêt, et je crois que tu le fais très bien. Mais je pense que je resterai sur mes bonnes vieilles habitudes, qui fonctionnent aussi! En tout cas merci pour cet article!

    J'aime

    • chutmamanlit dit :

      Haha, non, je ne suis pas plus surprise que ça 😀 Mais honnêtement, si les couchers n’étaient pas devenus aussi difficiles émotionnellement avec le temps (on mettait plus d’une heure chaque soir à le coucher, et je sortais de la chambre épuisée, comme si j’avais mené une lutte intense !), je pense qu’on aurait jamais cherché à faire autrement.

      C’est marrant que tu parles d’enfant qui rechigne à aller se coucher : depuis quelques jours, il rechigne un peu à faire la sieste (déjà qu’il n’en fait qu’une dans la journée…). J’ai essayé de lui présenter le principe simple de «Pas de soucis si tu veux pas dormir, dans ce cas, reste dans ta chambre à jouer calmement, et si tu es fatigué, tu va te coucher ; moi je serais dans le salon» mais… il comprend pas du tout le concept encore, il est quand même un peu jeune 😀

      J'aime

  3. Maman BCBG dit :

    Ah que ça me semble étrange et en même temps super sympa comme idée !!

    On vient tout juste de retirer les barreaux du lit de mon fils (3 ans depuis mars quand même) et de les remplacer par des barrières… et encore il a fallu insister un peu, il ne voulait pas entendre parler d’autre chose que de son petit lit bien fermé… je pense qu’il aurait pu y rester jusqu’à ses 4 ans huhuhu (mais mon dos n’en pouvais plus de le soulever !)

    Apres une semaine d’adaptation il commence à comprendre qu’il peut entrer et sortir comme bon lui semble… Du coup il se blottis sur son lit quand on rentre de la crèche (et il a essayé de se relever une fois en douce pour jouer aux légos, mais il n’était pas très discret le pauvre !!!)

    Pour ma fille je pense que nous pourrions tenter ce genre d’expérience lorsque nous aurons fini d’emménager sa chambre (oui, elle a presque 10 mois et il y a encore des cartons de déménagement partout… comment ça c’est pas normal ?)

    J'aime

    • chutmamanlit dit :

      C’est fou comme ce besoin de contention peut rester longtemps après qu’ils soient sortis de notre ventre ! Même dans son lit ouvert, je sens que mon fils aime être contenu : il dort toujours contre un bord, et il aime être entouré de coussins et peluches.

      Si tu tentes le lit au sol pour ta fille, garde les cartons, ça fera de très bonnes barrières de sécurité et comme ça, ça te laisse du rab pour les défaire 😀 #lesBonsConseils

      Aimé par 1 personne

  4. Restons Creatifs dit :

    Un article très riche et intéressant. Finalement, le lit au sol c’est aussi un choix qui s’impose à nous pour mieux nous ajuster aux besoins de nos enfants. D’ailleurs, ma fille dort aussi contre un bord 🙂 comme tous les enfants ^^

    J'aime

  5. Maman Nouille dit :

    Je pense que chacun a ses solutions de couchage adaptées à l’enfant, aux parents, à l’appart…
    Moi j’ai toujours trouvé ça rassurant le lit à barreaux, une fois qu’il était dedans, il ne peux pas en sortir et c’est sécurisant. Bon après y a des bébés escaladeur. On a enlevé les barreaux en décembre (pour ses deux ans) et là il a un grand lit presque au sol. Je ne suis pas fan des visites dans notre chambre le matin, surtout que c’est pas pour continuer de dormir…mais dans notre chambre il y a son petit frère, dans son ancien lit, à côté de moi…. (mais je craque quand même un peu quand il se ramène avec son doudou et sa veilleuse et qu’il repart chercher son oreiller)

    J'aime

    • chutmamanlit dit :

      Oui chacun a ses solutions, sauf parfois à certaines périodes où l’on a que des problèmes !! Je comprends le côté rassurant de pas de balade mais mon côté feignasse l’emporte 😀 « Mon fils, t’as un problème ? Alors viens me voir et on avise » Si vraiment il n’a plus envie de dormir, j’ai gagné quelques précieuses minutes !!

      J'aime

  6. Migeon dit :

    Mon fils a un an et j’ai entendu parler de lit au sol, motricité libre quand il a eu 6 mois. Petit il avait un transat car mon fils ne restait pas trop longtemps allongé sur le dos avec son reflux. Il dormait dans son lit à barreaux (l’endormissement n’a été que rarement un problème) et quand on en avait marre de se lever on le prenait dans notre lit avec nous (il ne dormait pas mieux avec nous mais c’est une autre histoire).
    Maintenant qu’il est plus grand j’aimerais bien tenter le lit au sol mais j’hésite bcp, d’une part pour ne pas le perturber dans ses habitudes, d’autre part pour éviter d’acheter une logistique compliquée (acheter un autre matelas, démonter son lit, le descendre à la cave, le remonter si ça marche pas..)
    J’avoue que je suis tentée pour voir s’il développe une autonomie du coucher (je suis fatigué -> hop je vais me coucher, je n’ai plus envie de dormir -> je me lève et je joue avec mes jeux) mais après avoir lu plusieurs témoignages de parents ayant installé un lit au sol, j’ai l’impression que ce sont souvent des bébés qui ont besoin d’une présence pour s’endormir ou qui s’endorment au sein. Donc pour mon fils qui s’endort seul, est-ce que ça va vraiment être bénéfique ?

    J'aime

    • chutmamanlit dit :

      Hello ! Merci pour ton commentaire !

      Nous sommes effectivement venus au lit au sol pour nous aider dans un coucher difficile, mais à la base, il a plutôt été développé dans la pédagogie Montessori pour la grande autonomie qu’il offre.

      Dans les faits, chez nous, nous constatons cette autonomie quasiment que dans un sens : quand il a fini de dormir, il vient nous rejoindre dans le salon ou la chambre après la nuit/la sieste. Ça paraît anodin, mais c’est vraiment chouette de le voir maitre de ses allers et venues. Pour le coucher en revanche, c’est plutôt rare qu’il aille s’installer seul dans son lit puisque dans notre rituel du coucher, le trajet salon-lit se fait dans les bras (avec les 34 doudous :D).

      Alors, est-ce que cette liberté vaut le coup de changer une situation qui va bien ? De gérer la logistique qui va avec ? Je crois que c’est une question toute personnelle à laquelle je ne peux pas répondre pour votre famille 😀

      Je peux juste raconter une anecdote personnelle sur le lit au sol récente : cette nuit, notre fils est venu se glisser entre nous. C’est quelque chose qu’il fait rarement (mais j’ai été absente 4j cette semaine, peut-être lui ai-je manqué ?). Je raconte ce moment car je me rends compte que cela s’est passé sans pleurs et en toute autonomie. Je n’ai même pas eu à me relever, et je me suis rendormie tout de suite, la main sur son petit ventre ! Ce genre de nuit est plutôt rare (une fois par mois ?) mais à chaque fois, j’apprécie beaucoup le calme qui en découle. Si il dormait encore dans un lit à barreaux, je ne sais pas du tout comment il aurait réagit en se réveillant cette nuit : m’aurait-il appelé ? En pleurant ? Ou se serait-il rendormi en se disant qu’il me verrait le lendemain matin ? Évidemment, je ne le saurais jamais, mais en attendant, j’apprécie la sérénité de nos nuits, même quand elles ne sont pas complètes.

      J'aime

Qu'est-ce que tu en penses ?

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s