Coup de ♥️ jeunesse : Le bibou, d’Isol

Parfois, je passe à la médiathèque en sortant du travail, sans le Lardon : mes horaires me laissent environ 5 minutes pour choisir quelques livres avant la fermeture. J’attrape alors, presque au hasard, des livres dont la couverture ou le titre m’intriguent, sans prendre le temps de les feuilleter. Cela donne lieu parfois à de mauvais choix ; d’autres fois, à d’excellentes surprises, comme avec le livre dont je vais vous parler aujourd’hui : Le bibou.

bibou-1

👉 Le bibou, d’Isol

Au dos de cet album, on peut y lire ceci : « Voici une histoire tirée de faits réels, bien réels : un bibou débarque, bousculant toutes les habitudes de la famille, tel un extraterrestre auquel on ne comprend rien. Le bibou veut tout apprendre du monde. Et nous, on doit tout apprendre de lui. Une palpitante aventure commence… »

Et effectivement, le livre commence par l’arrivée d’un étrange personnage :

bibou-3

« Attrapez le, il ne faut pas qu’il tombe par terre ! » crie la maman. Le papa s’agite : « Je l’ai, je l’ai ! »

L’autrice décrit alors l’arrivée de ce bibou dans la famille : « Le bibou a fait un long voyage : il a besoin de beaucoup dormir. »

bibou-7

« Lui faire une place, c’est facile, il est si petit. »

Isol s’attarde ensuite à essayer de décoder ce bibou qui « paraît ne pas encore savoir comment utiliser les commandes de son corps terrestre. Si on veut bien l’accueillir, il faut lui donner un petit coup de main. »

bibou-4

« C’est à chaque fois amusant de tenter de deviner quelle est la bonne réponse à l’alarme. »

bibou-5

« Dès son arrivée, le bibou a très faim et il a souvent besoin de manger. »

Sous couvert d’humour, cet album ne cache rien des réalités peu reluisantes de l’arrivée d’un bébé dans la famille, et de toutes ses bizarreries : les réflèxes de Moro, les rots qui se transforment en vomito, l’incroyable effet miroir des bébés, leur goût de tout mettre à la bouche, etc.

bibou-9

« Avec lui, ça ne sert à rien de faire semblant. Ça ne fonctionne pas. Il remarque tout. »

Et puis surtout, Isol retranscrit magnifiquement bien la capacité d’un bébé à bouleverser notre monde :  « Le bibou engendre une étrange perte de mémoire dans la famille. Il est tout à coup difficile de se souvenir comment était la vie avant son arrivée. » mais aussi son aptitude à nous faire nous agir de manière pour le moins bizarre (avant de devenir parent, vous le saviez-vous, que vous porteriez autant d’attention aux cacas de votre tout petit ?)

bibou-11.jpg

Alors que l’on observait le bibou grandir, le Lardon a commencé à se reconnaître dans les particularités de ce drôle d’extraterrestre : et oui, lui aussi adore jouer inlassablement à coucou/caché ! « Mais alors, aurais-tu été toi aussi un Bibou ? » lui ai-je demandé, avant de découvrir quelques pages plus tard la conclusion d’Isol : « Tous ceux qui sont maintenant des grandes personnes ont eux aussi été des bibous ! »

bibou-10.jpg

En bref, voilà un véritable album coup de coeur, qui tombe à pic pour préparer l’arrivée du bébé à la maison, et un très bon complémentaire aux albums beaucoup plus terre à terre que nous possédons déjà sur le sujet (comme Un bébé à la maison, de Catherine Dolto ou Le bébé, de la série Mes p’tits Docs par exemple)

 

Je conseillerais Le bibou plutôt à partir de 3 ans : la longueur de l’album (60 pages !! Il nous aura fallu plusieurs lectures pour en arriver au bout) et son vocabulaire parfois soutenu n’en fait pas une lecture adaptée aux tout-petits. À la lecture, je n’hésite d’ailleurs pas à parfois expliciter les périphrases d’Isol (ainsi, quand elle décrit « les protubérance en forme de colimaçon : on pourrait les prendre pour des poignées ! », je m’assure que le Lardon a bien compris que l’on parlait des oreilles du bibou) ; mais ces jeux de vocabulaires font clairement parti du charme de ce livre, et je le classifierai sans hésitation de livre vivant.

bibou-isol

👉 Le bibou, d’Isol

En bref, une très belle surprise de la maison d’édition Rue Du Monde (je vous ai déjà dit comme je les aime), qui nous partage ce magnifique livre venu d’Argentine.

7 réflexions sur “Coup de ♥️ jeunesse : Le bibou, d’Isol

  1. VictoriaG dit :

    Mais il à l’air génial!!! ohhhh!!! Merci pour cette découverte, j’adore le « Avec lui, ça ne sert à rien de faire semblant. Ça ne fonctionne pas. Il remarque tout. »
    Par contre… pour moi il n’y a pas de lecture « à partir de … ans ». Il n’y a que des lectures qui plaisent ou interpellent, peu importe l’âge. J’ai toujours lu des livres « de grands » pour Louise, avant même qu’elle soit en âge de tourner les pages. Des livres avec des mots compliqués, avec de longs écrits… mais toujours avec une belle histoire, une belle sonorité et/ou de belles illustrations. Et je suis persuadée que c’est aussi grâce à ça que son vocabulaire est si riche aujourd’hui… Alors ce Bibou (qui à l’air franchement chouette) il mérite d’être entre toutes les mains tant que l’enfant l’accepte! 😉

    Aimé par 1 personne

    • chutmamanlit dit :

      Quand je décris un livre, j’aime bien être suffisamment précise pour qu’un parent sache si ça peut intéresser son enfant ou pas, mais c’est vrai que l’information « à partir de » n’est absolument pas nécessaire ici. J’aurais donc pu me contenter de dire que Le bibou est un livre long et pas facile d’accès dans sa formulation (« périphrases poétiques » qui demandent un minimum de capacité de compréhension pour savoir de quoi on parle) ; ensuite à chacun de voir si ça paraît adapté ou pas, et si l’enfant accepte, comme tu le dis !
      (Tu crois que j’édite mon article ?)

      Et du coup, je suis curieuse : est-ce que tu as toujours pu lire tout type de livres à Louise ? Ici, c’est vraiment par phases : quand il était tout petit, je pouvais tout lui lire (il écoutait ma voix), plus tard il n’acceptait que les imagiers (il était dans une phase où il voulait apprendre tous les mots) ; encore plus tard il ne voulait plus du tout de livres ; ensuite il y a retrouvé de l’intérêt mais uniquement quand le livre était très court ; et c’est seulement récemment qu’on peut lire de longs albums plus complexes à nouveau (sauf que contrairement à quand il était tout petit, il comprend et y réagit) : et y a pas à dire, c’est vraiment génial de pouvoir partager des moments plus longs, je me régale !

      J'aime

      • VictoriaG dit :

        Et bien je t’avoue que dès que je lis  » à partir de… » je ne peux m’empêcher de lever les yeux au ciel car je sais que comme moi, tu es partisane du fait que les enfants (et les parents) sont tous différents et qu’on est pas tous prêt aux même choses en même temps…
        Pour répondre à ta question, jusqu’à présent j’ai toujours pu tout lire à Louise. Elle a aussi des phases, des obsessions et des rejets de certaines histoires. Mais elle ne se couche jamais sans lecture. Que ce soit pour la sieste ou le soir. Elle exige ce rituel même… Et… quand il y a de nouveaux livres à la maison et qu’elle refuse que je lui lise (comme par « hasard » ce sont des livres que j’ai choisit toute seule ah, ah, ah!), je négocie. Oui, j’avoue!! Je lui lis d’abord cette nouvelle histoire là (qui ne lui fait guère envie parfois) et après on lit un livre qu’elle aime et qu’elle connait. Car je lui dit qu’elle ne peut pas savoir si elle aime ou pas cette histoire si elle ne la connait pas! Comme la nourriture! Du coup… j’arrive à tout lui lire. Et il y a de nouveaux coups de cœurs tout comme des histoires dont elle ne veut plus entendre parler par la suite…

        J'aime

  2. Gabrielle dit :

    Il a vraiment l’air super cool ce livre ! Super de découvrir autant de pages. Je me suis aussi dit que tu « spoilais » un peu en mettant autant de photos, mais en fait nan s’il y a 60 pages en tout 😀

    J'aime

    • chutmamanlit dit :

      Haha, oui vu la longueur de l’album, je laisse encore pleins de surprises !

      Mais effectivement, je crois que c’est la première fois que je montre autant d’un livre (c’est cool d’avoir le temps, vive le congé mat :D) et je crois que j’aime bien, ça m’a bien aider à illustrer tous les aspects qui m’ont plût de ce livre !

      J'aime

  3. Ambre dit :

    Merci beaucoup pour le partage de cette jolie decouverte!
    Peu de chance en revanche que je le trouve dans notre minuscule bibliotheque de village 😦 (l’effet KissCool pas cool de vivre a la campagne dans un tout petit bled!).
    Et intéressant débat que celui du « a partir de xxx ans »! Ici l’asticot n’a pas DU TOUT été réceptif aux livres jusqu’a environ 18 mois a mon grand desespoir, mais alors depuis il s’est bien rattrapé et on lit autant des livres « bébé » (meme si de moins en moins) et des plus longs/compliqués… On teste en fonction de son intéret finalement et on ajuste chaque jour!

    Aimé par 1 personne

    • chutmamanlit dit :

      Je trouve ma bibliothèque vraiment petite par rapport à l’ancienne (en plein centre de Lyon) mais parfois, j’y trouve de belles pépites ! Je suis sûre que la tienne en regorge aussi, même si ce sont d’autres livres !

      Ça me rassure de lire que je ne suis pas la seule à avoir eu un enfant parfois récalcitrant ! M’enfin, à force, si on avait pas compris que tout n’était que phase et périodes avec les enfants 😅

      J'aime

Qu'est-ce que tu en penses ?

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s