10 activités pour occuper un enfant de 2 ans sur le trajet des vacances

Je ne sais pas chez vous, mais ici les trajets de vacances sont parfois difficiles :

  • En voiture : à part le créneau de 14-17h qui permet d’être relativement tranquille, le Lardon hurle plus souvent que pas.
  • En train : ça va mieux avec l’âge et si on arrive à avoir des places en wagon famille, mais il faut être prêt à faire 40 aller-retours entre le siège et le wagon-bar avec le Lardon.
  • En avion : nous n’avons testé qu’une fois, les 3 heures d’avion ont paru en durer 10 fois plus dans notre avion blindé, le Lardon n’ayant que moyennement apprécié de n’avoir un terrain de jeu que de 0,5m2 (la surface de mes genoux) au moment où il apprenait à ramper et était en besoin constant de s’exercer.

Alors cette année, pour nos différentes escapades prévues, j’ai cherché des petites surprises pour l’occuper :

2018_0617_13292900-01.jpeg

Des trucs et des machins pour occuper le bestiau

👉 De haut en bas, de gauche à droite : (1) un jeu de devinettes (Flying Tiger), (2) Comme toi, (3) un jeu de pêche (Flying Tiger), (4) Les Transports, (5) des dés coeurs (Flying Tiger), (6) des Story Cubes (Decitre), (7) des Crayon Rocks, (8) des yeux (Flying Tiger), (9) des trésors du rayon Loisirs Créatifs (Graphigro) et (10) un cahier d’activités (Flying Tiger).

Tout (sauf les crayons) a été dégoté le temps d’une petite balade sur la presque île lyonnaise dans seulement 3 magasins différents. Ça sort un peu de mes résolutions de consommer peu et bien, mais comme on ne lui a rien offert le jour de son anniversaire (à part de l’amour je veux dire), ça compense.

Laissez-moi vous détailler tout ça :

1. Un jeu de devinettes

Indiqué pour les 5 ans et plus, je pense que l’on peut tout de même jouer à une version simple de ce jeu de devinettes par bruits ou mimes. Je n’imagine pas forcément le Lardon mimer de lui même, mais je suis sûre qu’il va adorer mon imitation du singe (nos voisins de trains peut-être moins).

Occupation estimée : 10 minutes (au moins pour commenter chacune des cartes).

2. Un livre

Non parce que du coup, je suis rentrée dans une librairie, donc forcément…

Occupation estimée : 1 minute s’il n’accroche pas, 10 minutes si ça devient un des livres qu’il aime lire en boucle.

3. Un jeu de pêche à la ligne

2018_0617_13325000.jpg

C’est aimanté et pas trop volumineux (donc pratique en train) et nous n’avons actuellement aucun jeu de ce type à la maison. Dans la théorie, ça devrait donc être une chouette source d’occupation.

Occupation estimée : 10 minutes (jusqu’à ce que toutes les pièces tombent sous un siège).

4. Un livre avec pleins de pages

2018_0617_13315300.jpg

Ce livre est :

  • à propos de son sujet préféré
  • avec des pages transparentes (je les adorais quand j’étais petite !)
  • plein de pages, pour l’occuper longtemps.

Occupation estimée : 30 minutes. Autant dire que j’ai de grands GRANDS espoirs en ce livre là.

5. Des dés à cœur

2018_0617_13300500.jpg

On a tous besoin de dés coeurs chez soi, non ?

Vous voyez des dés, je vois un jeu d’attaque de bisous ! En plus, peu volumineux, ces dés seront parfait dans notre sac à surprise, même si c’est un peu redondant avec…

6. Des dés pour raconter des histoires

2018_0617_13305200.jpg

Une boîte de 9 story cubes

Cela fait un moment que ces Story Cubes me font de l’oeil, le Lardon est une bonne excuse pour me les offrir. Je vous l’ai déjà dit, que j’aimais raconter des histoires ?

Occupation estimée : 30 minutes pour les deux jeux cumulés. L’avantage des histoires, c’est qu’elles peuvent durer aussi longtemps que le Lardon est intéressé pour écouter.

7. Des crayons rocks

2018_0617_13332400.jpg

Des crayons de couleurs en forme de petit caillou.

Ces crayons là, je les ai dans le collimateur depuis un moment pour familiariser le Lardon avec la tenue d’un crayon avec la pince. Ils correspondent tout à fait au cahier des charges : « peu volumineux » et « nouveau » ; ils ont donc tout naturellement leur place dans le sac à surprise.

Occupation estimée : 20 minutes (que le Lardon passera probablement à nous demander de dessiner des voitures rouges avec un crayon bleu).

8. Des yeux (???)

2018_0617_13343600.jpg

Je ne sais pas à quoi ça peut servir, mais assurément, ça peut servir.

Impossible de retrouver le lien, mais j’avais vu il y a quelques mois une vidéo d’une maman qui utilisait ce jouet pour demander à son enfant des trucs pas drôle (arrêter de taper dans le siège de son voisin par exemple). L’utilisation de l’humour est très Faber & Mazlish, je garde donc cet allié comme botte secrète pour les moments compliqués du voyage en train.

Occupation estimée : 5 minutes.

9. Des trucs et des choses à manipuler

Je ne sais pas encore trop quoi faire de la feutrine, de ces perles en bois et des cure-pipes  (j’ai ainsi découvert leur petit nom…) pour lesquels j’ai craqués mais mon cerveau me crie DIY. Je suis sûre que je vais trouver l’inspiration sur Pinterest !

Occupation estimée : 10 minutes (jusqu’à ce que les perles roulent par terre).

10. Un cahier d’activité

2018_0617_13321500.jpg

Habituellement, je pousse très peu le Lardon vers des activités « guidées », car je leur préfère de loins les jeux libres (il aura bien le temps plus tard de se familiariser avec des consignes à respecter) mais ce cahier là m’a plu : sur chaque page se trouve une photo d’un objet circulaire (pizza, plaque d’égout…) et en fin de carnet des autocollants pour fabriquer des visages. Mais là, je trouve le concept suffisamment libre pour être détourné de milles manières.

Occupation estimée : 10 minutes.

11. Et puis aussi…

En faisant mes cartons avant mon déménagement, j’ai mis de côté des trucs et des machins : yeux autocollants, pinces à linges, rubans, boîtes de différentes tailles… Je ne sais pas encore ce que j’en ferais mais je vais trouver : la recherche « busybag » sur Pinterest devrait m’aider ! Sans compter les jouets miniatures que l’on a déjà la maison et qui auront aussi leur place dans le sac (petites voitures, petit pot de pâte à modeler…)

Occupation estimée : 10 minutes.


 

Au final donc, pour environ 60 € (gloups), nous devrions réussi à occuper le Lardon environ la moitié du trajet. Est-ce que ça suffira pour passer un voyage agréable ? Je ne manquerais pas de faire un compte rendu des activités qui ont été un succès et de celles qui ont fait un flop !

 

Et chez vous, comment vous occupez les moments d’attente ? 

 

Écrire et raconter des histoires

Ma passion pour les livres n’est pas vraiment nouvelle… Du plus loin que je me souvienne, j’ai toujours été accro : la légende familiale dit même que j’ai fait mes premiers pas dans une librairie, pour me diriger droit vers des livres !

L’envie d’écrire

Alors, fatalement, de temps en temps, ça me prend ! Ça ? L’idée d’écrire, moi aussi. Un roman, une nouvelle, une histoire pour enfant, n’importe quoi, juste écrire… Mais, la vérité, c’est que je ne m’en donne jamais vraiment les moyens… Très vite, j’abandonne, car ça n’est jamais à la hauteur de ce je voudrais écrire : « Si c’est pour écrire de la merde pareille, autant ne rien écrire » me dis-je, avec beaucoup de bienveillance pour moi-même. « Au-revoir et à bientôt », je ferme mon bloc note d’idées (tout en sachant pertinemment que je le ré-ouvrirais environ deux ans plus tard, quand l’envie refera surface à nouveau). Et en attendant, je me délecte de ce que je lis : « Comme le style est fluide ! » « Comme ce livre pour enfant est mélodieux dans sa structure ! » « Comme l’intrigue est magnifiquement bien amenée ! »

Et en y réfléchissant bien, je crois que ce blog est mon gros succès en terme d’écriture : depuis plus d’un an et demi, je tiens bon le rythme d’un article par semaine, et ça n’est pas rien pour moi ! Ça commence souvent par quelques lignes gribouillées dans un coin, et ça fini par un article de plus de 1000 mots (dont 17 fautes d’orthographe en moyenne). Certes, ça n’est pas de la fiction ni de la grande littérature, mais je prends tout de même un immense plaisir à faire cet exercice : je ne sais jamais à l’avance tout ce que j’ai envie de dire sur un sujet donné, parfois (souvent), c’est en écrivant que je formalise un peu plus ce que je pense, et je crois qu’est-là la part de magie de l’écriture !

Du coup, même si ça sort un peu du périmètre de la parentalité, mais parce que je crois que ça peut intéresser ceux et celles d’entre vous qui écrivent, sur leur blog ou autre, j’avais envie de parler de livres qui parlent de la créativité.

L’année où je me suis lancée le défi d’écrire un roman (spoiler alert : j’ai écrit une suite de mots mais ce serait bien prétentieux de ma part d’appeler ça un roman), j’ai dévoré ces deux livres là :

👉 Comme par magie, de Elizabeth Gilbert et Écriture – Mémoire d’un métier de Stephen King

Ils paraissent bien différents l’un et l’autre, pourtant ils parlent de thèmes très similaire : qu’est-ce que la créativité, comment trouver l’inspiration, comment tuer la voix qui nous dit que ce qu’on fait est inutile et mauvais ? (ça, vous l’aurez deviné, ce n’est pas encore quelque chose que je maîtrise…). Mona Chollet parle d’ailleurs si bien de ces livres que j’ai eu envie de les relire instantanément !

Outre leur pertinence et leur utilité, ce qui rend ces deux livres aussi séduisants l’un que l’autre, c’est leur évocation des gratifications qu’apporte la création, indépendamment de sa réception publique.

Même si j’écris des essais et pas de la fiction, j’avais envie qu’on me rappelle le pied incroyable que cela procure de tirer quelque chose de soi, de s’engager dans cette aventure aux méandres et à l’issue imprévisibles.

— Mona Chollet

Car oui, comme Mona, j’adore cette impression « d’accoucher » d’un texte ! Quand j’ai écrit ma « critique » sur S’épanouir à l’école par exemple, c’était encore vraiment brouillon dans ma tête, si j’avais aimé ou pas : le formaliser a permis de mieux comprendre mon ressenti ; c’est la même chose pour l’article sur le Jeu libre : avant de le commencer, je n’avais aucune idée où il me mènerait ; et les exemples sont encore nombreux !

Bref, écrire, même si ce n’est pas de la fiction, est vraiment un exutoire pour moi !

L’envie de raconter

r2 inventer histoires enfants couv.indd

👉 Inventer des histoires pour les enfants de Alice Le Guiffant & Laure de Cazenove

Et puis, grâce à Azalée, j’ai découvert ce titre. Rhaaa. Inventer des histoires pour les enfants. Et vla-t-y pas que mes envies de raconter des histoires reviennent puissance mille !

Sauf que cette fois-ci, une toute nouvelle dimension s’ouvre à moi ! Et si, au lieu d’écrire (et de me relire, et de me prendre la tête), je racontais ?! Au public le plus adorable qui soit ?! Alors, depuis quelques soirs, pour changer du Jeu des mots, je m’y suis mise. J’ai commencé par l’histoire d’une petite coccinelle qui voulait vraiment vraiment aller au dodo (pour l’instant, je ne fais pas dans la subtilité). Mon histoire était un peu nulle, sans trop de rebondissement, mais ça n’a pas eu l’air de déranger le Lardon. Le lendemain, j’ai continué la même histoire (sauf que la coccinelle est devenue bleue, à la demande du Lardon) : ce soir là, elle a dansé, avec un petit garçon, à un bal dansant. À la fin, elle est montée dans une voiture, et elle était teeeellement fatiguée, qu’elle s’est endormie. Le lendemain soir, nous avons découvert que la voiture partait en vacances, mais le chemin était looong, looong, looong. Je me demande ce qu’elle deviendra ce soir !

Pour l’instant, quand j’y réfléchis après coup, mes histoires sont assez nulles, ma construction des personnages très limités, mes rebondissements quasi inexistants, et il n’y a pas vraiment de morale (enfin si, ça termine souvent par une coccinelle épuisée qui s’endort) mais qu’importe ! Tout cela va venir avec la pratique, c’est comme ça que ça marche non ? Et comme ça, dans quelques années, je serais prête à m’assoir autour d’un feu, avec pleins d’enfants autour de moi, pour raconter des histoires d’aventures super chouettes ! (Je sais, je sais, mes rêves sont assez foufous !)

Et vous, vous êtes du genre Père Castor ou pas du tout ?

 

 

Le jeu des mots

L’autre soir, j’avais très envie de coucher le Lardon, parce que j’étais fatiguée (logique parentale). Mais, c’était sans compter ses protestations, alors que je l’emmenais dans sa chambre :

– Je veux pas dormir !

– Hum, et bien on est pas obligé de dormir, on peut faire autre chose.

Me voilà en train de réfléchir à mille à l’heure pour trouver une idée de jeu calme qui le ferait rester au moins dans son lit. Je lui demande alors de ma voix la plus enthousiaste possible :

– Est-ce que tu connais… le jeu des mots ?!

– Non, c’est quoiiiii ?

Lire la suite

Pense-bête d’idées cadeaux

Depuis quelques années, mes activités sociales ont changées. Naissance, premier anniversaire, deux ans… Je suis de plus en plus souvent invitée à des anniversaires, et c’est de plus en plus souvent pour des enfants !

Alors, plutôt que de paniquer à chaque fois « Qu’est-ce qu’on va offrir ?! », j’ai décidé de me faire un petit pense-bête de livres (mais pas que) qui font de très beaux cadeaux à offrir, qui sont donc susceptibles de plaire à tous et pour longtemps, mais aussi pour quand on ne connaît pas spécialement les goûts de l’enfant (ou des parents) !

Lire la suite

Parler pour que les petits écoutent

J’ai commencé cet article il y a un an et un jour exactement. Il serait temps de le publier 😅. C’est parti donc pour parler du fameux Parler pour que les enfants écoutent, écouter pour que les enfants parlent, de Faber & Mazlish. Ce livre a été initialement écrit en 1980, vendu à plus de 5 millions d’exemplaires, traduit dans 30 langues et fait encore l’objet de nouvelles (ré)éditions, d’ateliers et de formations. Bref, difficile de parler d’une bibliothèque bienveillante sans parler de ce best-seller ! D’ailleurs, c’est pour ça qu’en un an, je l’ai lu en 3 versions différentes…

Du coup, j’avais envie de faire un petit récapitulatif sur les forces et les faiblesses de chacune de ces versions. Car c’est vraiment une lecture que je recommande les yeux fermés, mais pas dans n’importe quelle version !

Lire la suite

Jeu libre et #passionVoitures

Le jeu libre, c’est un terme qui peut paraître un peu intellectuel pour désigner un état très naturel chez l’enfant, que tout parent a déjà observé : le jeu spontané, choisi par l’enfant, et dont il invente les « règles » (ou leur non existence) au fur et à mesure. De la même manière que Monsieur Jourdain fait de la prose sans le savoir, tous les enfants aiment le jeu libre !

Lire la suite

Des podcasts parentalité (et autres)

Nous avons déménagé ! Et avec ce chamboulement viennent de nouvelles habitudes : adieu petit trajet en métro pépère (où je pouvais me filer tranquillement une heure de lecture ou presque chaque jour), bonjour la route en voiture !

Mes yeux sont occupés par la route, mais est-ce pour autant que je ne peux plus « lire » ? J’espère bien que non !

Lire la suite

Petite pause

Toute la famille étant à moitié dans les travaux, à moitié dans les cartons et 100% sous l’eau, je déclare officiellement une relâche dans ma règle auto-imposée de « un post par semaine », au moins le temps de finir de nous désinstaller puis de nous réinstaller.

Mais pour faire honneur au titre de ce blog, voici deux recommandations lectures :

Lire la suite

Le moment du coucher

Aller au lit, ça n’a jamais été le moment préféré du Lardon. Que l’on soit au calme ou avec des invités, il aime rester le plus longtemps possible avec des adultes. Je me souviens encore de son premier nouvel an : il ne voulait pas quitter le lieu de la fête ; alors du haut de ses 9 mois, il a trinqué avec nous à minuit et nous a accompagné jusqu’à 2 heures du matin 😅.

Lire la suite