Petite pause estivale

Avoir un bébé dépendant à 100% de soi c’est pas facile. Il faut le nourrir, le changer, le porter, le laver, le bercer, l’accompagner au sommeil.

Rien de nouveau sous le soleil, j’étais préparée.

Enfin presque : car l’enfant dépendant exclusivement de moi, ça n’est pas le Bourgeon (qui vient de fêter des trois mois) mais le Lardon, (qui approche des trois ans et demi). Un Lardon que je dois nourrir (que ce soit ses biberons qu’il prend exclusivement sur mes genoux, ou ses repas que je dois lui donner à la petite cuillère), un Lardon que JE dois changer (visiblement je fais ça bien mieux que son père), un Lardon qui a besoin d’être porté plus que jamais (même si c’est seulement pour aller d’une pièce à l’autre ou pour s’installer à table), un Lardon qui a besoin de MA présence chaque soir pour s’endormir (et pour l’heure d’histoires du soir qui précède). Bref, un Lardon qui a énormément besoin de moi et qui prend toute mon énergie.

Or, mon énergie, elle va déjà aussi un peu à ce petit Bourgeon (qui a tout de même le bon goût d’accepter que son père s’occupe de lui ; sauf en ce qui concerne le sein évidemment). Autant dire qu’à la fin de la journée, je suis sur les rotules (et quand je dis fin de journée c’est 18h27 environ).

À cette fatigue mentale s’ajoute un problème de décalage dans leurs horaires : mon temps libre entre le moment où les deux garçons dorment (22h30) et celui où le premier se réveille (6h30) est évidemment consacré exclusivement à DORMIR. Quand au temps libre de la journée, j’essaye de l’utiliser à des activités un peu fofolle comme « aller aux toilettes seule ».

Ainsi, ceci expliquant cela, mon rythme de publication va donc fortement réduire pour l’été : peut-être que je trouverai le temps et l’énergie de finir un de mes 54 (!) articles commencé, ou peut être pas !

Brocante et vides-grenier : chiner avec des enfants

J’adore chiner ! C’est mon petit plaisir du week-end : me promener au soleil, fouiller dans des caisses et sur les étals, dégoter des trucs géniaux à un prix incroyable tout en découvrant les villages du coin ❤.

Mais depuis 3 ans, je chine avec un enfant, et maintenant deux et ça n’est pas la même histoire… J’en ai parlé l’autre jour sur Instagram et les réactions m’ont donné envie d’écrire un article plus complet !

Cet article s’inspire de celui de La Lune Mauve, qui partage avec moi la passion des vides-greniers, mais ici, je me concentrerais sur la logistique qu’avoir des enfants implique.

Lire la suite

Le premier mois : un mois hors du temps

Le premier mois de vie du Bourgeon s’est écoulé avec une douceur toute particulière ❤.

Pour le Lardon, j’avais trouvé ça (très) éprouvant. Du jour au lendemain, j’avais perdu le contrôle de ma vie : impossible de faire ce dont j’avais envie quand j’en avais envie ; à cause de la fatigue un peu, à cause de ce bébé qui semblait avoir besoin de moi 24 heures sur 24 surtout ! Mais cette fois-ci, je l’ai vécu totalement différemment :

Lire la suite

Les premiers jeux de société

Depuis mon enfance, je suis une grande fan de jeux de sociétés. Alors puisque ces dernières années, je joue beaucoup moins (suivre une partie entière sans être interrompue par une tétée/une couche/des pleurs est alors devenu compliqué impossible) je suis ravie de commencer un nouveau cycle de jeu avec le Lardon !

C’est vers ses deux ans que j’ai commencé à lui présenter quelques jeux. Au vu de son jeune âge, je les ai choisis mettant l’accent sur la sensorialité : la plupart de ces jeux présentent de (grosses) pièces, pour le plus grand plaisir de ses petites mains. D’ailleurs, pour le Lardon, l’expérience du jeu inclut aussi bien la partie elle-même que l’installation des pièces et le rangement dans la boîte à la fin (enfin, ça, ça n’est pas systématique non plus 😅) : il faut dire que manipuler des objets et mettre de l’ordre (même s’il semble un peu obscur pour nous !) sont généralement des activités prisées des bambins de cet âge !

Dans cet article, j’avais donc envie de vous présenter les jeux que nous possédons aujourd’hui à la maison : notre collection s’est construite un peu par hasard, au gré des trouvailles en brocante, des dons et de la récup auprès de nos parents/amis ; pourtant chacun de ces jeux apporte son petit quelque chose.

Lire la suite

J’ai testé : aller à un anniversaire d’enfant sans cadeau

Note d’introduction : j’ai hésité à publier cet article, qui est une réflexion sur la consommation de mon point de vue de personne privilégiée. Pour les 10% de la population française pour qui offrir des cadeaux n’est même pas une option, mes états d’âmes vont paraître bien futile et je m’en excuse !

Si je devais dater ma prise de conscience autour de ma (sur)consommation, je crois que ça a commencé pendant la première année du Lardon (j’en avais déjà parlé). J’ai d’abord commencé par acheter plus souvent d’occasion et moins souvent neuf. Et puis, au fur et à mesure de mon cheminement, j’ai commencé à moins acheter tout court.

fête-anniversaire.jpg Lire la suite

Dormir avec un nouveau né

J’avais oublié à quel point, quand ça dort, un nouveau né FAIT DU BRUIT. Pour ceux qui n’ont jamais dormi avec un bébé, je vais essayer de vous expliquer cela.

bourgeon.jpg

Hum… voyons. J’ai pris des notes cette dernière semaine en essayant de décrire les bruits que l’on entend dans la chambre. Un nouveau-né qui « dort », c’est un peu comme… :

  • une porte qui grince,
  • un pneu qui crisse,
  • une chèvre parfois (si si !),
  • ou alors une personne faisant une crise d’asthme,
  • Enfin bon, globalement ça ne ressemble à rien,
  • Ou peut être à une personne constipée,
  • ou bien un petit vieux au bord de l’agonie,
  • avec des airs de zombie.

Bref… tout ça pour dire : le Bourgeon est arrivé en même temps que le printemps, et le cododo se passe plutôt bien (quand on arrive à dormir 😅).

Et chez vous, ça fait quel bruit un nouveau né ?

Que choisir pour porter son bébé ? (version addict)

Les premiers mois du Lardon, j’ai pratiqué ce que certains appellent le maternage proximal : allaitement, cododo, portage… Tout autant de pratiques qui m’étaient inconnues avant d’avoir un enfant, mais dans lesquelles je me suis très vite retrouvée. Et puis, le Lardon a grandit, s’est affranchi (plus ou moins) de moi et trois ans plus tard, seul le cododo subsiste, selon les périodes (enfin, quand la période dure depuis 9 mois, peut-on encore appeler ça une période ?!).

À l’aube de l’arrivée de ce nouveau bébé, où « tout recommencer » me fatigue presque d’avance, il y a cependant une chose que j’attends avec impatience : la perspective de porter à nouveau un petit bébé tout chaud contre moi, afin de retrouver ce sentiment de bien être quand l’enfant s’endort contre ma peau. Avec le Lardon, je n’avais jamais autant ressenti de bonheur pur que quand il posait sa tête contre moi pour s’endormir profondément ; oui, rarement mon fils ne m’avait paru autant à sa place que quand il était lové contre moi, la respiration calme et paisible. Et j’ai hâte de retrouver cette sensation unique ❤️. Lire la suite