Une valise de maternité pour l’aîné

J’ai assez peu écrit sur ma deuxième grossesse sur le blog (il n’y aura même pas de suite à mon journal de bord…), ni de comment nous avons préparé le Lardon. À vrai dire, à part beaucoup parler (bon, d’accord et acheter quelques livres), nous n’avons pas fait grand chose d’autre.

La naissance approchant, j’ai vaguement pensé à mettre en place des outils pour permettre au Lardon d’anticiper la venue du bébé, comme l’ont fait Happynaiss ou Maman Louve. Et finalement, je n’ai rien fait parce que :

  • Je suis une feignasse (ça va commencer par se savoir).
  • Je ne savais pas trop comment présenter la chose de toute façon.
  • Et moi même, je n’ai aucune idée de quand va arriver ce bébé : avec un mois d’avance comme le Lardon, ou après le terme parce que pourquoi pas ?

Par contre, quand j’ai réalisé qu’à l’hôpital, quand il viendrait me rendre visite, le temps risquait de paraître un peu long au Lardon, j’ai décidé de lui préparer sa petite valise de maternité rien qu’à lui. Dedans, j’y ai glissé :

Le kit du parfait futur grand frère

2019_0306_19184900-01.jpeg

Tout au long de ma grossesse, j’ai essayé en particulier de préparer le Lardon a deux choses : que le bébé serait souvent au sein ; et qu’il serait souvent dans mes bras. Si le Lardon semble avoir plutôt bien compris dans la théorie, je pense que ce sera autrement plus concret et difficile à vivre pour lui quand on y sera !

Alors j’espère que ce sling (orange !), cousu par une amie chère (merci Le Sourire de Lou ❤) permettra au Lardon de rejouer avec ses doudous des scènes qu’il risque de voir fréquemment.

Quand au livre Bébé a faim, je ne sais même pas s’il y a encore besoin de le présenter : dans ce bel album, le petit Mano observe un petit bébé téter. L’histoire est toute simple, toute douce et je pense qu’elle aidera bien le Lardon a se familiariser avec ce qui va être notre (mon) quotidien pendant un moment 😅.

Le rappel que lui aussi a été un tout petit bébé

Parce que je ne veux pas que ce nouveau né à venir prenne toute la place dans notre vie, il me paraît important de rappeler au Lardon qu’il a été mon tout premier bébé. J’ai donc glissé dans sa valise son tout premier livre photo, que j’avais imprimé il y a quelques temps : j’y ai retracé ses 6 premiers mois de vie, de la maternité à ma reprise du boulot. Je suis sûre qu’on sera ravi de redécouvrir ces images (et nous de comparer la tête de nos enfants 😇).

Et des choses pour l’occuper

Et pour finir, parce qu’à trois ans, je ne sais pas si on a envie de passer des heures à admirer son nouveau petit frère ou petite soeur, j’ai aussi glissé quelques nouveautés.

2019_0306_19220200-01.jpeg

J’ai choisi :

  • Un livre musical : je ne sais pas encore si c’est l’idée du siècle dans une maternité 😂. Du coup, même si le Lardon aurait préféré un livre sur les bruits des transports, j’ai pris de le fameux conte musical Pierre et le Loup ; pour qu’au moins le bébé ne subisse pas des sons trop violents 🤣.
  • Un livre d’autocollants : activité peu bruyante, mais occupante ? Je pense gommettes, forcément !
  • Des surprises qui ne sont encore jamais sorti du sac à surprise de l’été dernier !

Bon, ben maintenant, y a plus qu’à… !

Coup de ♥️ jeunesse : Le bibou, d’Isol

Parfois, je passe à la médiathèque en sortant du travail, sans le Lardon : mes horaires me laissent environ 5 minutes pour choisir quelques livres avant la fermeture. J’attrape alors, presque au hasard, des livres dont la couverture ou le titre m’intriguent, sans prendre le temps de les feuilleter. Cela donne lieu parfois à de mauvais choix ; d’autres fois, à d’excellentes surprises, comme avec le livre dont je vais vous parler aujourd’hui : Le bibou.

bibou-1

👉 Le bibou, d’Isol

Lire la suite

Préparer son accouchement physiologique

Quand on commence à dire qu’on veut un accouchement sans péridurale, les réactions ne se font pas attendre. Entre les « Tu sais, un accouchement ne se passe pas toujours comme prévu » et les « Tu verras, au bout de quelques heures, tu auras vite envie de changer d’avis » on ne peut pas dire que les gens soient spécialement encourageants. Alors, ma petite fierté personnelle (j’insiste sur le « personnelle », il ne me viendrait pas à l’idée de juger quiconque sur les décisions prises lors de son accouchement), c’est d’avoir mené mon projet jusqu’au bout : les conditions favorables étaient réunies mais surtout, je m’étais préparée et je me rends compte que ça m’a beaucoup aidé.

Alors, si d’autres personnes passent par ici, avec dans l’idée de vivre un accouchement physiologique, voici un petit résumé des choses qui m’ont été utile, pour dire que oui c’est possible, si on le veut (et surtout, qu’on le peut). Je n’aborderais en revanche pas la question du « pourquoi », car cela reste une démarche très personnelle (cependant, si cela vous intéresse les livres dont je parle plus bas sont une très bonne porte d’entrée pour comprendre ces raisons.)

Lire la suite

Rue du monde : une maison d’éditions qui fait voyager

Voici le deuxième article d’une série spéciale pour les amoureux des livres jeunesse. Cette fois-ci, j’avais envie de parler de Rue du Monde, une petite maison d’édition jeunesse indépendante, qui publie des livres « pour s’interroger et imaginer le monde ».

Je ne pourrais jamais mieux vous la présenter que son directeur, Alain Serres :

(…) Je rêvais d’un espace éditorial indépendant, peuplé des livres qui correspondaient à la vision que j’avais de l’enfant : une personne que l’on devrait beaucoup plus considérer comme un être social à part entière. Une personne en construction (comme d’ailleurs le sont aussi les adultes) avec laquelle on peut partager la complexité de nos vies, partager le pouvoir d’imaginer, de créer, de percevoir poétiquement les réalités du monde.

Interview d’Alain Serres par la librairie Jean-Jacques Rousseau

Et effectivement, chez Rue du Monde, les livres qui amènent à la réflexion ne manquent pas. Voici quelques uns de mes coups de coeurs !

Lire la suite

« Les voitures, c’est pour les garçons »

Nous avons beau (vouloir) donner l’éducation la plus égalitaire possible à notre fils, hélas ça ne suffit pas : nous ne sommes pas infaillible ; il va chez la nounou et au relai ; il voit régulièrement nos proches, et des gens moins proche ; il entend ce qui se dit autour de lui, et surtout il observe ce qui ne se dit pas.

C’est donc comme ça que, malgré tous mes efforts, mon fils m’a trahit au plus profond de mon être en me soutenant mordicus que « Moi, j’ai une voiture sur mon manteau parce que les voitures c’est pour les garçons. »

Lire la suite

Cambourakis : une maison d’édition ouverte sur les autres

Le grand drame de ma vie, c’est qu’actuellement, je n’ai plus de librairie à proximité de chez moi ! Bon, je mens un peu car il y en a une à quelques minutes en voiture, dans la galerie commerciale d’un hypermarché, flanquée entre un fast-food et une grande chaîne de vêtements : rien n’y fait, je n’éprouve pas une once de plaisir à m’y balader…

Alors, pour compenser, et pour offrir à mes yeux le plaisir d’observer des jolies couvertures, j’ai commencé à m’intéresser à des maisons d’éditions.

donner-naissance-couvPar exemple, quand j’ai découvert que Cambourakis, qui a une super collection d’essais féministes (mais si, vous avez peut être entendu parler par exemple de Donner naissance – Doulas, sages-femmes et justice reproductive de la collection Sorcières), avait une collection jeunesse, j’ai naturellement été intriguée…

 

Et là… Ooooh ! Aaaah ! Que de belles couvertures ! Que de titres alléchants !

Lire la suite

Comment choisir le prénom ?

J’avoue tout : j’ai une très forte #passionPrénom : impossible de m’annoncer une naissance (même du lointain cousin du frère de ton collègue) sans que je demande le prénom du bébé. Puis le prénom de ses frères et soeurs. Ensuite, pour faire bonne mesure, je demande quand même « Et tout s’est bien passé ? » (avec un réel intérêt ceci dit : j’ai aussi une passion pour les récit d’accouchements, mais c’est hélas plus délicat de demander des détails…).

Lire la suite

La colère dans la littérature jeunesse

Aaah, les émotions ! Voilà un sujet qui revient souvent sur la table. Quelle idée, d’être humain et d’en ressentir autant, pour un oui ou pour un non…

Je vous en parlais récemment, à la maison les choses sont parfois intense, et je sentais qu’il fallait renouveler les ressources que nous avons à la maison.

Voici donc un petit récapitulatif de ce que nous avons mis en place au fil des années.

Lire la suite

Living books pour les tout-petits

À chaque visite à la bibliothèque, j’emprunte généralement une dizaine de livres pour le Lardon. Je les choisis souvent au hasard des couvertures, parfois sans même les feuilleter. À la maison alors, je prends le temps de les découvrir un peu plus longuement, avant de les proposer au Lardon. Au final, sur dix livres que nous empruntons, souvent seulement un ou deux trouvent grâce à ses yeux, et les autres sont complètement ignorés.

Lire la suite