Lire à un bébé

Enceinte, j’idéalisais beaucoup la lecture avec un bébé. Les livres faisant partie de ma vie, il était évident que c’était quelque chose que je voulais transmettre à mon enfant mais je n’avais pas pensé que ce serait…. comme ça. En deux ans (pas encore, mais bientôt, j’essaye de me préparer psychologiquement), il y a eu des phases où les livres ne l’intéressaient absolument pas ; où il restait concentré environ 3 pages ; où il ne voulait lire que certaines pages ; où il préférait manger les coins de la couverture ; d’autres où il réclame le MÊME livre en boucle pendant plusieurs mois…

De-la-petite-taupe-qui-voulait-savoir-qui-lui-avait-fait-sur-la-tete

J’ai du lire ce livre 3 fois chaque soir pendant de longs mois.

cherche-trouve-père-castor

Mais là, c’est ce livre qui m’est réclamé chaque soir depuis bientôt trois mois. La petite taupe me manque.

Lire le même livre chaque soir est un peu énervant à force mais trois choses me font tenir pendant ces moments difficiles :

  1. Ça reste un moment où le Lardon est assis sur mes genoux, et pendant lequel je peux lui caresser le dos, les cheveux, et lui embrasser le crâne sans limite 🧡🧡🧡
  2. Je me souviens encore quand, je devais avoir 5 ans, mon père a refusé de me lire mon livre préféré, sous prétexte qu’on le lisait chaque soir. Je ne comprenais sincèrement pas le problème. J’en ai encore le coeur brisé.
  3. Cette interview de Jeanne Asbhé, autrice et illustratrice bien connue de livres pour enfants, sur laquelle je suis tombée l’autre jour.

Jeanne Asbhé, c’est celle derrière ces livres là, qui ont peut être accompagné votre enfance, ou celle de vos enfants :

 

C’est ce passage de son interview qui a particulièrement résonné en moi :

La vie des bébés n’est que surprise et la lecture leur permet justement d’éprouver – à travers ces lectures avec maman, papa ou des personnes d’attachement dont il se sait aimé – des choses qui sont enfin stables. « Il y a donc des choses parfaitement stables dans l’existence » se disent-ils, et ils les réclament !

— Jeanne Ashbé

En lisant ça, comment refuser à mon fils de feuilleter pour la 283ème fois son livre préféré ?

Le reste de l’interview m’a aussi fait sourire : j’y ai totalement reconnu les comportements de mon fils pendant ces moments de lecture. Pour toutes les fois où il descend de mes genoux pour aller déplacer une casserole, chercher le doudou Chat, jouer à autre chose, Jeanne Ashbé dit :

La motricité permet la constitution de la pensée. Pour certains enfants, il est indispensable de bouger pour qu’ils puissent intérieurement reconstruire l’histoire qui lui est racontée.

— Jeanne Ashbé

J’ai aussi beaucoup aimé ce qu’elle dit à propos des mots que l’enfant ne comprends pas (le fameux « tirer la chevillette et la bobinette cherra »). Ça rejoint beaucoup ce dont je parlais la semaine dernière (dans L’explosion du langage) sur la théorie des apprentissages autonomes de John Holt. On ne cherche pas à apprendre tant que l’enfant ne demande pas :

C’est une manière de lui dire «  je te fais confiance pour, par toi-même le comprendre un jour. »

— Jeanne Ashbé

mauvais-père

Guy Delisle ne pratique pas les apprentissages autonomes dans sa (très drôle) série Mauvais Père

 

Bref, je ne vais pas citer toute l’interview, mais si vous avez besoin de vous (re) convaincre que sauter des pages ou machouiller son livre n’empêchera pas plus tard vos enfants d’apprendre à lire, alors foncez lire/écouter vous aussi cette interview sur le blog de Parents heureux, enfants heureux, elle est vraiment chouette !

 

Et chez vous, comment ça se passe la lecture ? Un livre phare à me recommander pour changer du favori du Lardon 😅 ?

Trois livres pour découvrir les pédagogies actives

Pédagogies activesMontessori, Reggio, Freinet, Steiner, ça vous parle ? Si la première est très connue, les autres un peu moins et pourtant ces pédagogies, dites actives, sont très inspirantes.

L’idée d’une pédagogie active, c’est comme son nom l’indique, de mettre l’enfant au coeur de son apprentissage. Il existe plusieurs courants et visions différentes, mais on retrouve un principe commun : pour bien apprendre, il faut prendre du plaisir à apprendre. Certaines pédagogies ont été pensées pour l’école, d’autre non mais toutes peuvent être une réelle inspiration pour la vie quotidienne.

Les trois livres que j’ai choisi de vous présenter dans cet article proposent des activités à faire à la maison ou en extérieur, en utilisant les théories de ces grands pédagogues. Dans ces livres, pas de « bricolage niveau maternelle » (mais si, vous voyez, les activités style « fabrication d’un cochon à partir d’une brique de lait ») (toutes mes excuses si vous aimez ce genre d’activités) mais des activités qui mettent l’enfant au centre.

Lire la suite