Topologies des siestes

Je me demandais comment j’allais faire pour gérer seule dans une maison de deux étages les siestes du Bourgeon, avec le Lardon dans les parages. Maintenant, je sais : vaguement.

En guise d’introduction, sachez que :

  • Le Bourgeon fait trois ou quatre siestes d’une heure par jour. Je suis relativement chanceuse : il s’endort en une dizaine de minutes, le plus souvent au sein, parfois simplement en le déposant. Il dort très bien seul dans notre chambre (à l’étage), dans le lit cododo.
  • Le Lardon, lui ne fait plus de sieste depuis bien longtemps (ses 18 mois environ). En revanche, il m’aime de tout son être, et le montre par une proximité très proximale. Je le préviens donc dès les premiers signes de fatigue du Bourgeon que c’est bientôt l’heure de sa sieste, pour adoucir la « séparation ».

Maintenant que le décor est posé, laissez-moi vous raconter comment ça se passe. CHAQUE JOUR DE LA SEMAINE. PLUSIEURS FOIS PAR JOUR.

La sieste « comme ton ombre »

Je monte, le Lardon monte derrière moi. Je m’assied sur le rebord du lit, le Lardon s’assied derrière moi. Je donne le sein, le Lardon gigote. Le Bourgeon s’endort. Je me relève, passe derrière le lit cododo. Le Lardon toujours derrière moi, dans les 30 cm entre le mur et le lit. Je me penche délicatement pour déposer le bébé, le Lardon me suit du regard. Je sors de la chambre, le Lardon toujours dans mon sillage.

Ce scénario arrive une à deux fois par jour.

La sieste en boucle

Je monte, le Lardon proteste en bas de l’escalier « Maman je veux pas que tu montes. » Je m’assieds sur le rebord du lit, le Lardon crie toujours d’en bas « Maman je veux pas que tu montes. Maman je veux pas que tu montes. Maman je veux pas que tu montes. ». Je donne le sein, le Lardon proteste encore « Maman je veux pas que tu montes. » Le Bourgeon s’endort. « Maman je veux pas que tu montes. » Je me relève, passe derrière le lit cododo. « Maman je veux pas que tu montes. » Je me penche délicatement pour déposer le bébé. « Maman je veux pas que tu montes. » Je sors de la chambre. « Maman je veux pas que tu montes. » Je descends. « Maman, pourquoi tu descends ? »

La sieste méga-win

Je monte, le Lardon monte derrière moi. Je m’assieds sur le rebord du lit, le Lardon s’assied derrière moi. Je donne le sein, le Lardon s’allonge. Le Bourgeon s’endort. Le Lardon s’endort. Je me relève, passe derrière le lit cododo. Je me penche délicatement pour déposer le bébé. Je m’affale comme une loque sur le lit. On dort tous les trois.

(C’est arrivé deux fois) (C’était bien).

La sieste pétage de câble

Je monte, le Lardon monte derrière moi. Je m’assieds sur le rebord du lit, le Lardon s’assied derrière moi. Je donne le sein, le Lardon gigote. Le Bourgeon gigote. Je soupire. Le Bourgeon ne veut pas dormir. J’accuse le Lardon. Je lui demande de se calmer. Le Bourgeon sursaute. Le Lardon dit que non, il ne se calmera pas. Je vais dans la pièce d’à côté, je crie. Je reviens dans la chambre parentale, le Bourgeon gazouille et le Lardon continue de dire que non il ne se calmera pas. Je redescend tout ce beau monde, on se calme. On recommencera dans 10 minutes.

La sieste miracle

Je monte, le Lardon joue en bas. Je m’assieds sur le rebord du lit. Je donne le sein. Le Bourgeon s’endort. Je me relève, passe derrière le lit cododo. Je me penche délicatement pour déposer le bébé. Je redescend. Le Lardon ne s’est pas rendu compte de mon absence.

C’est beau, mais ça n’arrive qu’à une deuxième (voir troisième) tentative de sieste.

La sieste scato

Je monte, le Lardon joue en bas. Je m’assieds sur le rebord du lit. Je donne le sein. Le Bourgeon s’endort. Un cri traverse la maison : « Mamaaaan ! J’ai fait cacaaaa ! ». Le Bourgeon sursaute. Le Lardon hurle encore « Change moi la couuuuche ! » (Laisser l’enfant devenir continent à son rythme c’est bien plus facile quand il décide à se passer des couches avant 3 ans et demi…) Le Bourgeon ne s’endormira pas. Je redescends avec lui. Je change la couche. On recommencera dans 10 minutes.

La sieste minutée

View this post on Instagram

Se préparer à quatre le matin, c'est un peu plus la course qu'avant… Du coup, j'ai sorti les sabliers et ça plaît beaucoup au Lardon. Par exemple, avec le sablier rouge (10 minutes), on peut être prêt en seulement 30 minutes ! 10 minutes pour garer des petites voitures entre chaque sablier, 5 minutes pour retourner chacun des sabliers sans les faire tomber (et les remettre dans le bon sens), 10 minutes de sablier rouge, et 5 minutes de prévenir tout le monde dans la maison "le sablier rouge est fini, il faut se préparer ! Et le jaune est fini et le vert est fini et le noir est fini et le bleu est fini et ils sont tous finis donc il faut se préparer parce qu'ils sont fini." #slowparenting #maisPasLeMatin #niLeSoir #queQuandLeLardonEstPasLaEnFait

A post shared by Chut, Maman lit ! (@chutmamanlit) on

Je sors les sabliers et je fais un pari sur l’avenir : « Tu vois quand le sablier rouge sera fini, je serais redescendue. »

Je monte, le Lardon reste en bas, à surveiller le sablier « C’est pas encore fini. » Je m’assieds sur le rebord du lit. Je l’entends encore en bas « C’est pas encore fini. » Je donne le sein. « C’est pas encore fini. C’est pas encore fini. C’est pas encore fini. C’est pas encore fini. » Le Bourgeon s’endort. « C’est pas encore fini. » Je me relève, passe derrière le lit cododo. « C’est pas encore fini. » Je me penche délicatement pour déposer le bébé. « C’est pas encore fini. » Je redescends. « Maman, pourquoi tu descends déjà, c’est pas encore fini. »

Bon, mais dans un mois, quand ce sera la reprise du boulot, de l’école, de la nounou, on parie combien que ces siestes qui me rendent folle vont me manquer ?