Mon fils de trois ans me tape – partie 2

Je vous racontais la semaine dernière que peu de temps après la naissance du Bourgeon, le Lardon s’est mis à avoir quotidiennement des gestes violents envers nous. L’ambiance devenant franchement électrique à la maison, j’ai décidé de chercher de l’aide dans les livres.

Ma première lecture m’a permis de conclure que… le Lardon vivait mal la naissance de son frère. Super, ça m’avance bien tout ça. Mais après, qu’est-ce qu’on peut faire pour l’aider à vivre ce changement ?

Renouer avec son enfant

Développer le lien parent-enfant par le jeu

Je me suis alors orientée vers un autre de mes livres chouchou : Développer le lien parent-enfant par le jeu, d’Aletha Solter. En effet, de toutes mes lectures et de toutes les théories existantes, la parentalité ludique est celle qui me plait le plus : sortir d’un conflit par le jeu permet à la fois de désamorcer une situation compliquée et de recréer un lien là où les cris ont tendance à accomplir l’inverse.

C’est tout le propos du livre d’Aletha Solter, psychologue spécialiste du développement des enfants, qui s’intéresse à la manière dont les jeux parents-enfants peuvent permettre aux enfants de libérer leurs émotions sans violence, tout en se sentant soutenus par leurs parents.

Ainsi, fatiguée d’une énième crise (« Aïe mon pied bordel !! Pourquoi tu m’écrase exprès satané gosse ??? »), j’ai sorti le livre de ma bibliothèque, ouvert la table des matières et cherché la réponse. Ou une réponse. N’importe quoi. Aidez-moi à ne pas tuer cet enfant.

Tiens entre « Chapitre 5. L’usage d’expressions grossières » et « Chapitre 8. Mentir, tricher et voler », il y a deux chapitres intriguant : « La colère et l’agressivité » suivi de « La rivalité entre membre d’une fratrie ».

Voyons ce qu’Aletha Solter a à dire sur le sujet !

Libérer les tensions

Pour expliquer l’agressivité d’un enfant, Aletha Solter explique que « Quand les enfants cherchent le contact physique mais ressentent en même temps un fort sentiment de colère, les tentatives de rapprochement peuvent inclure un comportement agressif tel que frapper son parent, les bousculer ou leur sauter dessus. ». Tiens tiens, on dirait chez nous ça.

Dans ces cas là, une des solution, Aletha Solter préconise de désamorcer une situation de conflit par le rire via des jeux de renversement de pouvoir : des jeux où le parent paraît faible, impuissant, ignorant, stupide… Ces jeux fournissent alors à l’enfant en colère un exutoire sûr et sain à son agressivité.

Un exemple de ce type de jeu est de se courir après et de se chatouiller. En laissant l’enfant décider quand il se laisse attraper, le pouvoir est chez lui (pour une fois). De plus, en courant et en utilisant nos mains, on est aussi dans un jeu actif qui libère les tensions.

Je décide d’essayer quelques jours plus tard. Je n’ai pas eu à attendre longtemps : plusieurs fois par jour, pour aucune raison apparente, le Lardon s’approchait de moi pour me taper. J’ai testé alors de réagir par le rire « Oh, mais on dirait que ce petit garçon cherche les chatouilles ! Oh oh ! Si je l’attrape, cet enfant va m’entendre, je vais tellement le chatouiller qu’il n’arrivera plus à se libérer ! ». A chaque fois, la situation s’est apaisée en quelques secondes, c’était vraiment impressionnant.

Mais le problème de cette démarche ludique est qu’elle demande beaucoup de disponibilité mentale : il faut arriver à formuler un jeu dans sa tête, et surtout (c’était le plus délicat pour moi à ce moment), avoir envie de « lâcher ». Moi, bien souvent, après m’être fait foncer dedans pour la 4ème fois de la journée par un enfant en pleine vitesse, j’avais plutôt envie de l’étriper (mais comme je suis une adulte responsable et mature, je me contentais m’eloigner pour ne pas vraiment lui faire mal, en bougonnant dans ma barbe « J’en peux plus de ce gosse, sérieux, il me les brise, je vais le foutre dehors ça va être vite vu »).

Combler ses besoins

J’ai fini par comprendre qu’il serait plus simple de proposer des jeux comblant les besoins d’agressivité et de contact du Lardon quand tout va bien, plutôt que pendant une crise. En plus, ça me permettait de résoudre à une de mes inquiétudes : si, chaque fois qu’il me fait mal, je réponds par le jeu, ne va-t-il pas recommencer encore plus souvent ?

Ainsi, j’ai proposé des jeux « agités » au Lardon, des jeux lui permettant de nous frapper, de nous pousser (mais avec notre consentement).

Pendant quelques semaines, nous avons donc beaucoup beaucoup beaucoup joué au jeu des chaussettes (on se chahute jusqu’à réussir à enlever les chaussettes de l’autre) ou à la bataille de coussins.

Ce qui est intéressant aussi dans ces jeux, c’est de laisser l’enfant maître des règles : « Non, c’est QUE MOI qui tape » propose-t-il parfois. Alors, je me laisse taper, sans répondre. Cela lui permet de reprendre le contrôle, le temps d’un jeu (dans une période de sa vie où on lui demande de jouer moins fort, de laisser le bébé, de ceci ou de cela).

(Instant coïncidences de publication : dans la famille de Si Tu Veux Jouer aussi, on aime la bagarre)

Redorer l’image de son enfant

En parallèle de re-créer un lien avec notre fils par le jeu, je me suis attelée à modifier l’image et la perception que nous avions de lui (et qu’il avait donc de lui même).

J’ai donc ressorti ma bible de la communication : Parler pour que les enfants écoutent, écouter pour que les enfants parlent, de Adele Faber & Elaine Mazlish (je vous avais déjà dit tout mon amour pour ce livre d’ailleurs).

Parler pour que les tout-petits écoutent

Parler pour que les tout-petits écoutent, de Joanna Faber et Julie King est une « mise à jour » du succès de Faber et Mazlish dont la mission est d’accompagner les parents dans la vie de tous les jours en leur donnant des outils pour communiquer efficacement. Je préfère cette version, plus récente donc plus agréable à lire, et qui s’attarde plus précisément sur les défis liés à l’éducation des moins de 7 ans (par exemple, moins d’outils pour résoudre les conflits liés aux devoirs mais plus sur la continence).

Être le trésor de ses bons coups

J’en avais parlé dans ma revue plus complète : la traduction (québécoise et non pas française) de Parler pour que les enfants écoutent, écouter pour que les enfants parlent de Faber & Mazlish est calamiteuse MAIS ça a au moins eu le mérite d’aider à mémoriser cet outil en particulier : « être le trésor des bons coups de son enfant », ou, en français correct, « attacher plus d’importance aux bons comportement de son enfant, qu’aux mauvais ».

Et je me suis tout particulièrement rendue compte de l’importance de ce conseil, quand un soir, j’accompagnais le Lardon vers le sommeil. Alors qu’il était allongé dans son lit (« Super, il dort bientôt, dans 5 minutes, je peux aller me mettre au lit moi aussi et finir mon bouquin »), il s’est relevé soudainement (« Mais quel relou ce gosse ! ») pour me faire un bisous sur le front (« Oooooow ❤ ❤ »). Je lui chuchote alors « J’ai de la chance de t’avoir comme fils, mon cœur » et lui de me répondre « Non t’as pas de chance parce que parfois, je te fais mal avec ma voiture » (« Ooooooh 😭😭 »). Alors, dans la pénombre de la chambre, je lui ai rappelé tout ce qu’il a fait de bien et d’attentionné, ce jour là et les précédents (un paquet !) : j’ai été le coffre à trésor de ses bons coups ce soir là, et je me suis promis d’essayer de l’être encore plus dans les jours qui allaient suivre.

Éviter de le cataloguer

Ce qui m’a fait cogiter sur le sujet des « étiquettes ». Si le Lardon se voit comme un affreux jojo, c’est peut-être parce qu’on le répète trop souvent. Oh, j’ai identifié sans peine comment c’est arrivé :

  • Quand nos amis nous demandent comment ça va depuis la naissance du Bourgeon, nous répondons le plus souvent que le Lardon « est insupportable, il nous tape tout le temps. »
  • Quand, frustrés, nous les apposons nous même : « De toute façon, tu dis non à tout. » « Tu n’arrête pas de me taper. »

Pourtant, je le sais que pour les enfants, une étiquette est une sorte de case, de laquelle on a bien du mal à s’extirper. Ces étiquettes sont si puissantes qu’elles tracent la destinée de nos enfants qui vont agir consciemment et inconsciemment pour les valider. De la même manière, les adultes ont ensuite tendance à interpréter les évènements de manière à ce que l’étiquette soit juste.

Une étiquette donne naissance à des croyances qui s’auto-alimentent. La bonne nouvelle, c’est qu’une fois qu’on en a pris conscience, on peut travailler dessus facilement.

Dans les semaines qui ont suivi, j’ai fait en sorte qu’il m’entende dire des choses positives à son sujet, et j’ai surtout orienté l’attention vers les comportements attendus en utilisant des formulations positives : j’ai arrêté de dire « J’en ai marre que tu m’écrases avec cette voiture » pour dire plutôt, chaque fois que cela arrivait : « Oh, c’est bien, tu t’es arrêté avant d’arriver sur moi » (oui, on en était là…)

Ainsi, au fur et à mesure, nous avons présenté au Lardon une nouvelle image de lui-même plus positive.

Et aujourd’hui ?

Difficile de conclure cet article. Les choses évoluent en continu et effectivement, doucement, on a réussi à trouver un apaisement tous les quatre, un moyen d’exister ensemble sans être « l’enfant qui tape » et « les parents qui se font taper », sans se crier dessus et se faire mal chaque jour. Ça ne s’est pas fait du jour au lendemain évidemment : il nous a fallu du temps pour comprendre ce qui se passait puis pour changer les choses mais aujourd’hui, c’est (la plupart du temps) dernière nous.

Mais je suis réaliste : rien n’est acquis et j’ai vu comme un cercle vicieux de violence et de ressentiment peut facilement se former au sein d’une famille. J’espère que nous saurons en sortir plus rapidement si besoin une prochaine fois… Dans tous les cas, je garde précieusement mes livres sous le coude ❤.

Mon fils de trois ans me tape – partie 1

Aujourd’hui, j’ai envie de partager une tranche de vie, une histoire qui date de plusieurs mois. J’ai longtemps hésité à publier cet article (il ne met ni la personnalité de notre fils ni nos qualité de parents en valeur) mais un commentaire dans mon article des « retrouvailles » m’a convaincu qu’ils pouvaient intéresser d’autres familles.

Alors voilà la situation :

Notre fils de trois ans nous tape. Quelques semaines après la naissance du Bourgeon, le Lardon a commencé à parfois des gestes violents envers nous : il nous tapait avec ses mains ou bien nous fonçait dessus avec son porteur. Parfois, nous arrivions à comprendre ce qui a amené sa réaction (quand je ne peux pas l’accueillir sur les genoux car j’allaite ou quand son père et moi sommes tous les deux occupés à quelque chose et ne nous occupons donc pas de lui) même si je ne l’approuve pas. Mais d’autres fois, ses gestes semblaient « sortir de nulle part » (par exemple pendant un jeu ou un moment de partage). Dans ces moments là, et pour la première fois depuis trois ans, j’ai eu énormément de mal à rester bienveillante. La douleur et l’incompréhension font que j’ai souvent eu envie de l’éclater contre le mur lui faire mal moi aussi. La scène se répétant plusieurs fois par jour, régulièrement chaque semaine, le climat familial est devenu de plus en plus électrique, ni l’amoureux ni moi n’arrivant à prendre le relai et à rester calme face à ces agissements. Comment faire pour apaiser notre fils ?

Cette phase aura duré pas loin de deux mois et aura été épuisante pour nous tous (sauf peut-être le Bourgeon, qui vit le plus souvent sa vie comme un bienheureux). Maintenant que c’est dernière nous, je ressent le besoin de mettre par écrit les choses qui m’ont aidé pour en garder trace.

Pendant cette période difficile et intense (des cris ont été poussés, des enfants bousculés, des murs tapés et j’en passe), où nous en arrivions à ne plus avoir envie de voir notre fils et où,  à plusieurs reprises, j’ai eu peur de mes réactions toujours plus violentes ; j’ai fini par chercher de l’aide : auprès des livres évidemment. Je n’avais pas l’espace mental disponible pour relire des livres en entier, alors je me suis concentrée sur ceux qui m’ont le plus bouleversé dans le passé, et uniquement sur les chapitres qui pouvaient m’intéresser.

Cet article ne contiendra aucune recette miracle pour répondre à ce genre de problème, juste un partage de processus de pensée.

Comprendre mon fils

parents-bienveillantsJ’ai d’abord commencé par ré-ouvrir Parents bienveillants enfants éveillés, de Laurence Dudek. Laurence Dudek est psychopédagogue (étude des méthodes d’apprentissages et d’éducation) et psychothérapeute (aide aux troubles du comportements). Cette double compétence lui a permis de développer dans son ouvrage Parents bienveillants, enfants éveillés des clés pour comprendre les enfants et les accompagner dans leurs apprentissages tout en respectant leurs besoins. C’est un livre qui m’avait beaucoup marqué lors de ma première lecture, et dans lequel je sentais que je pouvais trouver des clés de compréhension sur le comportement du Lardon.

Changer de regard sur son enfant

Une des clés exposée par Laurence Dudek est l’intention positive : « Tout ce que les enfants font est mû par une intention positive, qu’elle soit consciente ou inconsciente, même lorsque que le résultat produit est indésirable. » Je confirme que le résultat d’un enfant de 3 ans roulant à toute vitesse et EXPRÈS sur mes pieds est hautement indésirable ; mais ainsi son intention serait positive ?! Mais, elle se moque de moi cette Laurence ?!

Et pourtant, elle insiste plus loin : « Avoir conscience de l’intention positive est particulièrement utile quand on ne comprend pas le comportement de son enfant. » Ça, tu peux dire, je ne le comprends pas…

« Si on considère que l’intention est toujours positive et qu’elle a plus d’importance que le résultat, on ne peut pas être déçu de l’enfant, mais seulement déplorer que le résultat qu’il a obtenu n’est pas celui qu’il souhaitait. » Ah, ça, le Bien Joli Papa déplore encore de se prendre des tapes sur le visage quotidiennement…

« Plus l’enfant récidive, plus l’intention doit être positive pour que l’enfant continue malgré les brimades ! » Dans ce chapitre, ce sont ces mots qui m’ont le plus marqué et m’ont permis de changer de regard : ainsi, si le Lardon continue malgré nos réactions pas franchement bienveillantes, c’est que ses actions sont mues par un besoin vraiment impérieux. Car il n’est pas stupide notre fils, il sait qu’il nous fait mal, et qu’il va se faire engueuler. Il a une raison d’agir ainsi et cette raison est plus forte que la violence de nos réactions. Ok soit.

Mais alors, comment comprendre ce qui se passe dans son petit cerveau immature ?? Ou en d’autres mots QUEL EST SON PROBLÈME AU JUSTE À CE GOSSE ?

Laurence Dudek semble lire dans mes pensées puisque quelques pages plus tard, elle explique qu’il est contreproductif de demander pourquoi un enfant agit comme il le fait. À trois ans, on est pas capable de répondre à cette question (alors souvent, on invente). Elle préconise plutôt de tourner la question autrement « Que c’est-il passé ? Comment as-tu décidé de taper ? » mais surtout de creuser soit-même de son côté : les besoins de l’enfant sont-ils assouvis ?

Toute demande est l’expression d’un besoin

Hop, direction donc le chapitre des demandes : « À toute demande, correspond un ou plusieurs besoins. »

Laurence Dudek développe : « Plus les enfants sont jeunes, moins ils sont capables de conscientiser leurs besoins. Ils ne peuvent donc pas toujours les exprimer à bon escient. La demande prend alors une forme anarchique, injustifiée, incompréhensible, décalée dans le temps, disproportionnée, etc. » Injustifiée ? Incompréhensible ? Décalée dans le temps ? Tout cela ressemble bien aux crises que le Lardon vit. Il a semble bien avoir besoin de quelque chose. Mais quoi ?! (Qu’on lui donne et vite !)

Dans les pages suivantes, Laurence Dudek rappelle les besoins vitaux pour un enfant. Respirer, bouger. Dormir. Contacts physiques. Sécurité. Appartenance. Estime. Accomplissement de soi.

Au premier abord, j’ai l’impression que le Lardon a tout cela (et plus encore). Et pourtant, son comportement prouve que non. D’ailleurs, puisque ce comportement a commencé peu après la naissance du Bourgeon, c’est donc par là qu’il faut creuser.

Peut-être que son besoin d’appartenance en a pris un coup depuis que nous sommes une famille de quatre ? Peut-être que son besoin de contact physique n’est- plus comblé depuis la naissance du Bourgeon ?

Par exemple, maintenant que j’y pense, du jour au lendemain, depuis mon retour de la maternité, nous avons arrêté le cododo et il dort maintenant seul dans sa chambre : serait-ce sa manière d’accuser ce changement ?

Du coup, quoi ?

(Re)lire les mots de Laurence Dudek m’aura permis de changer de regard sur les comportements du Lardon, et de ne plus les voir comme une agression personnelle. Alors, même si le besoin qu’il exprimait n’a pas tout de suite été clair et que ses accès de violence ont continué à se produire, cela m’a donné une nouvelle énergie et motivation pour m’aider à garder mon calme chaque fois que cela se produisait.

Et comme cet article est déjà long, je vous propose la suite de l’histoire la semaine prochaine (promis, ça finit bien : nous n’avons pas définitivement enfermé le Lardon dans la cave comme nous l’avons pensé souvent et fort).