Après le lit au sol

Les gens normaux essayent de ne pas trop en rajouter après un déménagement.

Nous, on a pas pu s’en empêcher. À peine quelques semaines après avoir installé le Lardon dans la chambre la plus « aboutie » (#lesTravaux #onSaitQuandCaCommence #pasQuandCaSarrete) de notre maison, on a décidé de le changer de pièce : velux et été ne font pas bon ménage, le pauvre souffrait bien trop de la chaleur.

View this post on Instagram

🚚📦 Le premier soir #doudouSortiDesCartons

A post shared by Chut, Maman lit ! (@chutmamanlit) on

Nous avons donc décidé de laisser cette chambre-fournaise pour les amis qui viendraient nous voir (un conseil ? venez plutôt en hiver !), de nous installer dans la troisième chambre et d’installer le Lardon dans ce qui fut notre chambre pendant quelques semaines. Vous suivez ? Nous non plus.

Et puisqu’on est pas à un changement prêt, on a aussi décidé de changer de lit. En effet, après deux ans de lit au sol, nous nous sommes dit qu’il était prêt pour un lit de bambin.

La quête du lit

Évidemment, ne sachant pas faire les choses simplement ni impulsivement, je me suis lancée dans une quête digne de celle du Graal ! Pour gagner le droit d’accueillir le béni fessier de mon petit (façon de parler, il n’est pas baptisé), son futur lit devait répondre à un certain nombre d’exigences :

  • Je voulais un lit en bois plein/massif, et sans MDF. Pourquoi ? Papa Cube l’explique très bien.
lit-evolutif-enfant-tipili

Ce lit Verbaudet est par exemple très beau, mais très plein d’émissions de trucs cancérigènes.

  • Je cherchais un lit avec une barrière ou un rebord, mais dans lequel le Lardon puisse quand même grimper facilement.
117_264642_m3

Là par exemple, il n’y a pas assez de barrière.

117_264642_2_m3

Et là, il y en a trop.

  • Je cherchais un lit à moins de 200 €.
lit-mm-pieds-bois-naturel

Ce lit à 549 € par exemple, c’est juste pas possible.

  • Je cherchais un lit esthétiquement joli.
winni

On est d’accord, l’esthétique c’est toujours relatif.

Le choix final

J’ai d’abord regardé du côté des lits évolutifs : des lits qui peuvent passer de la taille 90x140cm à 90x190cm par exemple. J’ai trouvé deux modèles, plutôt simples de look mais à un prix très abordable :

ekla-lit

Modèle ELKA (Cocktail Scandinave)

lilou

Lit enfant évolutif en bois massif Lilou (Alinéa)

Hélas, ces deux modèles ne sont pas achetables et/ou livrables en région lyonnaise. Retour à la case départ.

Le lit de bambin parfait

Après avoir cherché désespérément des alternatives, je me suis dit que ça n’était peut-être pas indispensable de limiter mes recherches à un lit évolutif : le Lardon a déjà l’habitude de dormir dans un grand lit (son lit au sol faisait 120x120cm) et ça risquait de coûter cher en matelas/draps car les tailles ne sont pas standards.

Je suis donc repartie de zéro et j’ai fini par trouver mon bonheur chez le Jurassien avec le modèle Cooper :

lit-en-bois-70x140-cooper.jpg

Lit enfant en bois massif (Jurassien)

Le bois du lit est en pin massif, comme je le cherchais (le livreur ne m’a pas remercié), le tarif est abordable (et en plus, le sommier est inclus) et pour finir, son look ne gâche rien : moderne mais passe partout, peut-être même qu’un jour on pourra le peindre ?
En enfin, il est plutôt facile à monter (l’amoureux et moi nous sommes relayés, mais il peut donc être monté seul).

20180716_190542-01.jpeg

Tadaaaa !

20180716_190528-01.jpeg

Chambre Lardonesque, v2

Voilà donc la nouvelle chambre du Lardon qui s’y est très vite installé 🎉 !

Mais en vérité

Et puis, il y a eu la semaine de gastro : pour éviter de se relever 100 fois pour le rassurer, on était bien content d’avoir un de ses anciens petit matelas à mettre à côté de notre lit.

Et puis il y a eu la semaine de canicule, où l’on a dormi dans la même tente dans le jardin.

Et puis il y a eu les vacances.

Et les orages.

Et les bruits qui font peur dans le jardin.

Bref, aux yeux de Lardon, le meilleur endroit pour dormir, ça reste quand même notre chambre, voir notre lit 😂.

 

Et chez vous, c’est plutôt lit au sol, lit d’enfant ou cododo ? Ou un joyeux mélange de tout ça comme chez nous ?

Le jeu des mots

L’autre soir, j’avais très envie de coucher le Lardon, parce que j’étais fatiguée (logique parentale). Mais, c’était sans compter ses protestations, alors que je l’emmenais dans sa chambre :

– Je veux pas dormir !

– Hum, et bien on est pas obligé de dormir, on peut faire autre chose.

Me voilà en train de réfléchir à mille à l’heure pour trouver une idée de jeu calme qui le ferait rester au moins dans son lit. Je lui demande alors de ma voix la plus enthousiaste possible :

– Est-ce que tu connais… le jeu des mots ?!

– Non, c’est quoiiiii ?

Lire la suite

Le moment du coucher

Aller au lit, ça n’a jamais été le moment préféré du Lardon. Que l’on soit au calme ou avec des invités, il aime rester le plus longtemps possible avec des adultes. Je me souviens encore de son premier nouvel an : il ne voulait pas quitter le lieu de la fête ; alors du haut de ses 9 mois, il a trinqué avec nous à minuit et nous a accompagné jusqu’à 2 heures du matin 😅.

Lire la suite

Pour un sommeil paisible et sans pleurs

un-sommeil-paisible-et-sans-pleurs«Accompagner son enfant vers le sommeil» (périphrase pour dire Quand est-ce qu’il va enfin s’endormir ce môme, j’en peux plus, et pour toute la nuit putain, j’en ai ras le cul de me réveiller toutes les heures), ça peut être long, très long. Long chaque soir, mais aussi long pendant des mois.

L’entourage, toujours prompt à aider et à donner son avis, même quand on ne l’a pas demandé a toujours de bons conseils : « Laisse le pleurer, tu verra, il deviendra bleu pendant deux heures, mais au bout de deux jours, c’est fini » ou bien le fameux « Tu sais, tu va te faire bouffer à force… » que tu choisiras peut-être d’écouter le soir ou la nuit DE TROP. Ou peut-être que tu resteras fidèle à ton projet d’éducation : « Je ne laisserais PAS pleurer mon enfant». C’est la voie que j’ai choisi, et ce n’est clairement pas la plus facile.

Lire la suite